La disparition des tablettes tactiles équipées de systèmes Windows

La disparition des tablettes tactiles équipées de systèmes Windows

Pour l’anniversaire de notre fille Emma, ma femme recherche une tablette tactile sur laquelle nous pourrions disposer d’un système Windows ou Linux. Et pour tout vous dire, je n’ai pas trouvé grand chose à nous mettre sous la dent. J’ai rapidement évacué les tablettes Surface de Microsoft compte tenu de leur rapport qualité-prix exécrables. Et je ne suis même pas sûr de pouvoir y installer un système Linux.

La seule offre que j’ai trouvée intéressante, c’est la tablette tactile Hi10 X de la société Chuwi vendue moins de 250 euros chez Cdiscount. Elle est dotée d’un processeur N4100 64-bit, de 6 Go de RAM et d’un SSD de 128 Go. Il s’agit pour notre fille de disposer d’un traitement de texte (LibreOffice ou Abiword fera l’affaire), d’un navigateur (Firefox bien sûr), d’un logiciel de messagerie (Thunderbird par exemple) et de Skype pour causer avec ses grands-parents.

Il y a quelques années, j’avais offert à ma femme une tablette tactile ASUS Transformer Book T101H disposant d’un processeur 32-bit Atom x5, 4Go de RAM et un SSD de 64 Go pour 250 euros, si j’ai bonne mémoire. Je suis très étonné que ce genre de machines ne se soient pas développées davantage au cours des dernières années. Après un pic atteint en 2014, le marché des tablettes a entamé une très lente décrue, sans que cela profite réellement aux smartphones, aux ordinateurs de bureau et aux portables. Cela signifie que les particuliers conservent plus longtemps les matériels numériques qu’ils ont acquis. Un effet de la crise ? L’obsolescence programmée ne serait-elle qu’une lubie de quelques geeks qui en veulent toujours plus pour s’adonner à leur passion du jeu vidéos ? A titre personnel, mes ordinateurs ont aujourd’hui plus de 6 ans.

Matériel  / Tablette tactile