Quel avenir pour les LUGs… normands ?

C’est en allant farfouiller dans la blogoliste du site de l’association Rotomalug que j’ai vu qu’elle était jonchée de « cadavres ». Les Linux User’s Groups normands, à quelques rares exceptions près ne se portent pas bien. En Haute-Normandie, le site du Gullh du Havre n’existe plus ! Eurix n’a annoncé aucune manifestation entre le 29 juillet 2010 et le 25 juin 2012. En Basse-Normandie, la dernière activité annoncée par Calvix date du 9 mars 2012 ! Le site d’Argentix n’existe plus. Ornix n’a plus émis sur son site depuis décembre 2009. Les LUGs Manchix et Argentix, en revanche, restent très actif. Signalons encore – merci Nicolas – deux groupes en Basse-Normandie Linux à Vire, qui est en train de renaître de ses cendres, et aussi l’Albatros @stucieux à Flers

En Normandie, seules trois quatre associations restent donc réellement actives. Deux d’entre elles, NUI et Rotomalug, sont basées sur Rouen.

Les raisons d’une crise des vocations évangélisatrices

Si Linux s’est imposé dans les environnements dits serveurs, le retour en force d’Apple sur le segment des stations de travail et des ordinateurs portables aura mis un terme aux espoirs que nous mettions dans la capacité de Linux à remplacer Windows ! L’arrivée d’Ubuntu – et de Mint – n’a pas vraiment changé la donne.

Le glissement du marché vers l’offre de tablettes et de smartphones permettra dans les années à venir à Linux de s’imposer au travers d’Android, porté aujourd’hui par Google, depuis que les deux branches ont récemment fusionné. Pour faire court et caricatural, de Linux au niveau de la station de travail, tout le monde s’en fout ou presque ! ;+) En août 2010, Philippe titrait sur son excellent blog que je vous incite à lire : « Les jeunes se foutent du logiciel libre ? Ça ne l’empêche pas d’avancer…« Au vu de la consommation de logiciels libres que nous faisons sur Mac OS X ou sous Windows, je reste extrêmement confiant sur les perspectives du logiciel libre.

Face à cette évolution de marché, en se centrant principalement sur Linux, les LUGs se seraient donc tiré une balle dans le pied !

Quelques pistes pour l’avenir ?

Quel avenir pour les LUGs normands ?Au travers de la guerre fratricide à laquelle se sont livrés Cyril et Jimmy, animant respectivement Rotomalug et NUI, j’en tire plusieurs enseignements. La concurrence entre les deux associations aura été un des moteurs de leur réussite respective et de leur pérennité. Ce qui était alors reproché à Jimmy, c’était de faire de la retape pour les solutions Novell au travers de l’animation de son LUG. Le seul problème est que le procès en sorcellerie qui lui était alors intenté s’est avéré totalement faux. Novell est un acteur du libre au même titre que peuvent l’être Debian financé par HP, Red Hat ou Ubuntu. Il n’y a pas d’un côté les gentils comme Debian, Slackware ou Gentoo et de l’autre les mauvais comme Ubuntu, Novell ou Red Hat. Ce débat est derrière nous. Il est totalement stérile et opère comme un repoussoir plutôt que d’être un catalyseur !

Faire la promotion du libre n’a jamais été une idéologie. C’est un business. Le logiciel libre fonctionne à l’image d’un vaste GIE (Groupement d’Intérêts Économiques). Et une grande majorité de ces idéologues en goguette en ont souvent fait la réclame pour de sordides raisons alimentaires. Se réfugier derrière cette rhétorique schizophrène – digne de l’éminent professeur Diafoirus – est une imposture d’une très grande malhonnêteté intellectuelle !!! Je le dis d’autant plus facilement que je me suis moi-même totalement fourvoyé sur cette question. Nous devons acter tous de cette réalité. Pour autant, le logiciel libre, c’est aussi et surtout une grande famille, dans laquelle chacun d’entre nous peut y apporter les valeurs et les représentations qui sont les siennes.

Quant aux nouvelles formes d’évangélisation, elles sont à réinventer. Nous devons, je crois, quitter le rôle de gentils animateurs d’install party où nous rencontrons toujours les mêmes personnages, souvent dans le contre-sens permanent ! Que dire encore de tous ces tutos et autres wikis, devenus totalement incompréhensibles à force de plagier selon une technique ancestrale empruntant  au téléphone arabe plutôt qu’à la mise en correspondance de quelques uns de nos neurones ? C’est sans aucun tabou qu’il faut que nous allions proposer nos activités aux entreprises, associations et aux collectivités, en leur faisant la démonstration des solutions s’appuyant sur la mise en œuvre du logiciel libre !

Logiciel libre  / Debian Haute-Normandie Linux Linux Users Group LUG Normandie Novell NUI Open Source OpenSuse Red Hat Rouen Slackware SUSE Ubuntu Server LTS 

Commentaires

Bonjour,
C’est en effet une question à se poser.
Je me suis dit en regardant votre article : est-ce régional ou général ?. Alors je suis allé sur le site de parinux (LUG parisien). Et bien là aussi l’activité est … irrégulière. ON voit des articles en page d’accueil qui passent de septembre 2010 à juillet 2012.
Pas de quoi louper une info.
Sinon votre constat est affreusement réaliste, et je reste sur le sujet poste utilisateur :

* Pourquoi linux a raté le coche des netbook ? on ne peut pas accuser microsoft qui a du ressortir rapido des versions de XP au lieu de l’épouvantable Vista. Car peu de temps après android lui fait sa place sur les tablettes.

* J’ai participé moi aussi à des install party , mais là encore on ne voit que des convertis ou presque.

* Apple fait un carton avec un linux customisé, plein des atouts de la pomme, et dans la lignée « facile, design chic, cher ».

Si on examine les postes sous les dernières distributions Linux, ils ont peu de choses à envier aux autres (mon fiston lui dirait : si « les jeux »…).
Alors pourquoi cela ne prends pas après toutes ces années ?, Cela reste un mystère pour moi.

Alors OK pour promouvoir les logiciels libres sur toutes les plate formes.
Mais je garderai cette question : pourquoi ça n’a pas marché bon sang ?.
Bye

Les LUGs, pour certains d’entre eux, ont agi comme des repoussoirs, des épouvantails à moineaux, du fait de gens recroquevillés sur eux-mêmes !

Dans Open Source, il y a le mot Open. Cela ne doit pas nous empêcher d’exprimer nos valeurs et nos convictions dans le respect des autres et de leurs usages.

De ce point de vue, je dois, comme d’autres, balayer très souvent devant ma porte. ;+)

Pleins d’erreurs où d’oublis dans ce constat des lugs normands, personnellement actif sur Vire avec Linux à Vire (à une heure de Caen dans le Calvados) il y a encore pas si longtemps et depuis peu sur l’Aigle où mon nouveau poste salarié es pratiquement monopolisé par l’usage et la promotion du Libre la « bête » n’es pas si noire…
Un site ne signifie pas tout, d’autant plus quand on n’a pas besoin d’avoir une vitrine nationale où même simplement régionale.. Je rappelle qu’un LUG à la base se doit de fonctionner aussi localement que possible, il existe donc pleins d’autres outils de communication, bien meilleur et bien plus efficace, pour toucher de nouveau publics tels que la presse, la radio, passer par les collectivités….
Pareil, pour plus de détails je t’invite à me contacter en privé pour qu’on puisse échanger et éventuellement agir ensemble (cf mon message sur l’article précédent).

Nicolas

@Nicolas

Je serais très heureux de mentionner tous les LUGs que j’aurais pu oublier.

Où ai-je lavé mon linge sale dans ce billet ?

Bonjour,

Excellent billet qui présente lucidement l’état de l’Open Source sur la Métropole Rouen Normandie.

Je suis arrivé ici après pas mal de lecture concernant les LUG sur Rouen et mes récents contacts avec RotomaLUG et NUI.
La hache de guerre n’est toujours pas enterrée. Il est vrai que quand on a presque rien à se partager au niveau des postes clients, les miettes de Windows – Mac OS / iOS et Android / Chrome, il vaut mieux taper sur son voisin qui pourtant défend le même modèle économique. Très petits moyens mais très grosses divergences intellectuelles.

Libres, les logiciels. Il faudrait aussi libérer les esprits et sortir des dogmes pour essayer de gagner en PDM. En somme, avoir une approche toute basique appelée Gagnant-Gagnant…

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)