Pourquoi ont-ils peur de Linux ?

Certains DSI continuent de croire que le choix de Linux serait avant tout un geste militant émanant d’une poignée de barbus ! Or, contrairement à Richard Stallman, Linus Torvalds, lui, est rasé de près. ;+)

Linux couterait plus cher que Windows !!!

Pourquoi ont-ils peur de Linux ?Vous aurez remarqué que les gens de mauvaise foi sont intarissables sur les arguties qu’ils développent très souvent en escadrille. Linux couterait donc plus cher que Windows, nous disent-ils. Rendez-vous compte : il faudrait des compétences pour mettre en œuvre Linux en entreprise ! Et la compétence, ça coûte cher, nous disent-ils. Ce que j’observe, c’est que malgré la grande facilité à utiliser Windows Server, les entreprises continuent massivement d’envoyer leurs techniciens se former aux différentes évolutions du produit. Si elles consacraient autant d’euros à former leurs personnels sur Linux, ils arriveraient sans peine à le mettre en œuvre !  Avec les économies réalisées sur les licences et le support, les entreprises pourraient financer de nouveaux équipements, assurant plus de confort dans le fonctionnement des systèmes informatique. Accessoirement, notre balance commerciale française serait soulagée des millions d’euros que nous dépensons sans compter en licences Microsoft !

Linux, ce serait plus compliqué que Windows.

Pour vous convaincre du contraire, il vous suffit de mettre en place une application ASP.Net au niveau d’un serveur Web IIS sur un Windows Server 2012 R2. Pour preuve de sa grande simplicité très relative, IIS continue de péricliter et se situe désormais à 12% des parts de marché des serveurs Web, selon W3Techs. Tout n’est pas aussi simple, sous Windows, que la mise en œuvre d’un DNS ou d’un DHCP ! Et puis, chers DSI, arrêtez de prendre vos salariés pour des cons. Linux, pour un cerveau normalement constitué, n’est pas particulièrement compliqué à installer, à configurer et à utiliser. Les informaticiens, à quelques exceptions notoires, ne sont pas tous des handicapés du bulbe…rachidien.

Concours de quéquette ?

La force des logiciels commerciaux, c’est que le fait de payer, ça rassure ! Et, dans une entreprise, les « chefs » se mesurent souvent entre eux à la quantité d’euros qu’ils font dépenser à leur entreprise. Avec eux, nous ne sommes jamais très loin du concours de  » celui qui a la plus grosse «  ! Il est donc de bon ton de dilapider les ressources en licences aussi chères qu’inutiles. Est-il normal qu’un hôpital, par exemple, choisisse un logiciel commercial pour sa supervision, sa gestion de parc ou pour le ticketing, alors que les solutions Open Source offrent les mêmes niveaux fonctionnels ?

Pas de support ?

Mais, où est-ce que vous avez vu jouer ça ? Si vous avez envie de support, vous pouvez acheter vos distributions Linux auprès de Red Hat ou de SUSE. D’ailleurs, le support, c’est même la seule chose que vous leur paierez. La licence Windows Server 2012 R2 en OEM coûte 800 euros TTC, là où vous dépenserez 795 euros TTC pour Red Hat Entreprise Linux Server et 804 euros TTC  pour SUSE Linux Enterprise Server pour un an de support. La petite différence, c’est que, pour les systèmes Windows, vous aurez le support Microsoft à payer en plus (prix 2014) :

Je n’ai pas les prix du support premier de l’éditeur dont les tarifs exorbitants sont établis à la tête du client.

Au final, le coût global – le TCO – est bien moindre pour Linux que pour Windows. Sans support, il faut comparer le coût de la licence Windows Server à celui des distributions gratuites Debian, CentOS, Fedora, Ubuntu ou OpenSUSE !

Un poil dans la main : pas si sûr !

Certains appellent ça la peur du changement. Arrimés à leur souris, certains techniciens ne savent même plus utiliser le clavier et éditer un fichier de configuration sans faire une faute par mot. Ils ont les moufles. Pour certains d’entre eux, l’heure est venue de songer à se recycler ou à reprendre les études. Je me demande s’ils ne gagneraient pas mieux leur vie dans la plomberie ou chez un garagiste. Arrivés par milliers dans les années 2000, la plupart de ces jeunes techniciens végètent, après une dizaine d’années d’expérience à 1800 € net par mois en région parisienne, alors que les destructions d’emploi sont devenues légion dans les pôles Système et réseau des entreprises utilisatrices. Remarquez que 1800 euros, c’est encore bien cher payé pour faire du clic droit ! ;+) Selon le site Neuvoo, un administrateur Linux serait payé 15% de plus qu’un administrateur Windows.

Linux  / DSI Formateur Linux Linux Red Hat SUSE Windows 

Commentaires

Merci, je me suis bien fendu la poire en lisant ta prose ce matin…

Spécialement le dernier paragraphe… Ah, ça fait du bien un samedi matin !

Il y a peut-être un ou deux clichés, mais tu tapes tellement à l’endroit où ça fait mal que les pansements vont devoir être déployés !

@Frédéric

Merci pour ce bô commentaire ! ;+)

Pourquoi, à chaque fois que je lis un truc dans le même genre, il n’y a pratiquement que l’argent qui ressort ?

À ce propos, l’argument du coût de la formation est bancal tant qu’il n’est pas chiffré comme le reste l’a été.

D’autre part, qu’avons-nous déjà vu comme publicité ? Ah oui, zéro pub tv pour les systèmes Linux (PARCE QUE COMME C’EST GRATUIT, ON A PAS LE DROIT DE LE VENDRE !! (Merci Ducon, c’est pour ça que personne connait (même la fondation Mozilla a fait une petite pub pour Firefox sur YouTube bordel !!!))) alors que Microsoft, lui, entre chaque fois qu’il a sorti un OS et ses produits Xbox, MSN, Skype, WindowsPhone, il rit à gorge déployée quand il voit qu’une des raisons de ne pas faire de publicité c’est DE NE PAS PARTICIPER AU FINANCEMENT DU GRAND MÉCHANT CAPITALISME INDUSTRIEL MONOPOLISTIQUE et tout le tralala (ouais c’est ça, c’est surtout que non seulement vous n’aimez pas toujours accueillir les nouvelles têtes (combien de fois j’ai entendu « Linux, c’est un système professionnel qui doit être réservé aux gens qui savent s’en servir »(OK, donc soit tu sais marcher dès la naissance, soit tu es privé de chaussures, je me marre toujours autant face à ce concept de zéro fautes illusoire)), mais en plus, vous arrivez à dégouter les rares potentielles personnes qui pourraient s’en servir à coup de lignes de commandes, quand ce n’est pas en les noyant dans l’abyssal choix des paramètres de personnalisation. (Je le sais, moi aussi j’ai fait cette connerie, ça fait six ans que je suis libriste))

Bref, créer des évènements sans changer les points sur lesquels communiquer mènera autant à l’échec que quand les écolos ont tenté de convaincre le public qu’avoir une voiture électrique c’était mieux pour la planète et qu’ils ont totalement oublié, je dirais même négligé, que ce que l’automobiliste lambda cherche dans un véhicule, c’est un compromis confort/aisance de conduite/côté pratique (volume du coffre, rangements intérieurs…)/budget, rien de plus. La conso, c’est pour les chocs pétroliers et la quéquette des verts, la personne qui conduit s’en cogne complètement de son bilan carbone puisqu’aussi véridiques soit ces données, elle ne sait pas et ne cherchera pas à savoir comment les exploiter.

Alors si vous voulez sincèrement convaincre les gens de venir sur Linux, faites de la promo accessible, pas de la branlette technique sur les économies réalisées en utilisant Ubuntu, Red Hat ou OpenSUSE.

N’oubliez jamais qu’un individu quelconque, quand il ne connaît pas, il faut le guider, pas l’engueuler, il faut qu’il puisse trouver au moins la moitié de ce qu’il veut faire par lui-même (idéalement, les trois-quarts).

En résumé, il faut que ça l’attire.

Et vu certains GULs (par exemple le dijonnais PIL « Pour une Informatique Libre », (anciennement Ubuntu Dijon)), même si la voie est libre, la route est encore plus longue pour eux sur ce point.

@Clément

Prenez le temps de lire les tutos et les infos que je mets sur ce site. Et, après, on en reparle.

NB Je ne suis pas très loin de penser la même chose que vous sur les LUG et – comment ditez-vous – la branlette technique. Linux, ce n’est pas ça. Il faut tout de même éviter de généraliser à partir d’un cas particulier !

Un truc important que privilegie avant de choisir ma solution . C’est L’INTEROPÉRABILITÉ!
Dans 90 % des cas linux ou les solutions libre l’emporte. J’aime pas entendre que linux ou des solution libre sont gratuite. Ca coute forcément du temps à quelqu’un ! L’INTEROPÉRABILITÉ est l’argument principal à prendre en compte pour moi.

Ubuntu ? Canonical en partenariat avec Amazon/Microsoft ?
OpenSuse ? Financement de Novell -PAR- Microsoft ?
restons dans les clous, pensons alternative
et pas bourrage de mou :)

Salutations Denis.

Ne vous sentez pas visé, je n’attaque absolument pas votre travail, mais les aberrantes discussions accidentellement provoquées par des questions simples (parfois juste « que me conseillez-vous pour retoucher mes photos ? ») qui partaient en prises de positions tellement absurdes que je voyais les innocents utilisateurs regretté d’avoir demandé, alors qu’ils ont raison de poser la question. Quelqu’un se montre curieux, chic, allons l’aider, c’est ça qu’il faudrait faire.

Au lieu de ça, on a deux barbus avec deux user-experiences distinctes qui vont arguer, suivant leur éducation, soit tour-à-tour, soit simultanément (bonjour le foutoir), que GIMP est mieux qu’Inkscape et réciproquement.

Concernant la branlette technique, même contexte, je fais référence au fait que certains libristes arguaient qu’un KDE consommait moins de ressources qu’un GNOME, sauf que LXDE consomme encore moins etc etc…

Et là, c’est pour ça que j’ai fait un parallèle avec les voitures, c’est que l’automobiliste, au budget près, il s’en tape de conduire une ZOE ou une Tesla, ce que cette personne veut avant tout, c’est quelque chose de facile et pratique.

Donc dire que le bureau Awesome consomme peu sans ajouter qu’il change les raccourcis clavier, ça revient à dire qu’une auto au GPL à une faible conso sans préciser que l’embrayage et l’accélérateur ont été inversés.

Donc voilà, une fois encore, je ne m’en prend pas à ce que vous faites, je déplore simplement le comportement de certains dans certaines situations.

@Simon

Parce que ça ne coûte rien Windows ? Ca coûte des licences, du support, de la formation et de la mise en oeuvre.

En termes d’interopérabilité, Samba 4, c’est pas mal aussi !

@s4mdf0o1

Novell financé par Microsoft… ça s’est une sacrée nouvelle !

@Clément

Je suis loin d’être en désaccord avec ce que vous dites ! Je pense que les libristes sont très souvent des caricatures.

jte reconnais bien la clem tout comme moi libriste

Bonjour
Je travaille bénévolement dans une communauté Emmaüs et je recycle des ordinateurs. Naturellement j’installe des emmabuntus pour des raison de licence. Les acheteurs sont quelque fois déroutés par cet os mais ils s’adaptent facilement.Quelque fois ce sont des primo utilisateurs de pc et là pas de problème d’adaptation et de changement d’habitudes. Le prix d’une licence Windows et d’une suite office dépasserait très largement le prix d’un pc recyclé.
Vive le libre.

@Claude

On est d’accord ! Et bravo pour ce que vous faites.

Les logiciels pro sous linux ne suivent pas forcément. Pour mon entreprise qui a des postes sous autocad. Les alternatives libres ne sont pas au niveau que l’on pourrait espérer.

@Yo

Même FreeCad et LibreCad ?

NB Je ne suis pas un spécialiste de ce type de logiciels !

Bonjour,

Après, il faut pas mélanger serveurs et postes de travail.

Dans la fondation ou je travail, on reçoit pleins de document Word à remplire et déjà là de les ouvrir dans LibreOffice devient compliqué.
Faut dire que certains fonctionnaires doivent êtres payer pour faire des documents Words pas possible, tableau imbriqués et autres.

Mais j’avoue que même si je suis sous Linux à la maison, LibreOffice par rapport à MS Office fait très très vieux….

Pas évident de faire changer un utilisateur d’Office pour du LibreOffice……

C’est faux, il y a draftsight qui est excellent en remplacement d autocad. Bravo à Dassault…

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)