Pourquoi ont-ils peur de Linux ?

Certains DSI continuent de croire que le choix de Linux serait avant tout un geste militant émanant d’une poignée de barbus ! Or, contrairement à Richard Stallman, Linus Torvalds, lui, est rasé de près. ;+)

Linux couterait plus cher que Windows !!!

Pourquoi ont-ils peur de Linux ?Vous aurez remarqué que les gens de mauvaise foi sont intarissables sur les arguties qu’ils développent très souvent en escadrille. Linux couterait donc plus cher que Windows, nous disent-ils. Rendez-vous compte : il faudrait des compétences pour mettre en œuvre Linux en entreprise ! Et la compétence, ça coûte cher, nous disent-ils. Ce que j’observe, c’est que malgré la grande facilité à utiliser Windows Server, les entreprises continuent massivement d’envoyer leurs techniciens se former aux différentes évolutions du produit. Si elles consacraient autant d’euros à former leurs personnels sur Linux, ils arriveraient sans peine à le mettre en œuvre !  Avec les économies réalisées sur les licences et le support, les entreprises pourraient financer de nouveaux équipements, assurant plus de confort dans le fonctionnement des systèmes informatique. Accessoirement, notre balance commerciale française serait soulagée des millions d’euros que nous dépensons sans compter en licences Microsoft !

Linux, ce serait plus compliqué que Windows.

Pour vous convaincre du contraire, il vous suffit de mettre en place une application ASP.Net au niveau d’un serveur Web IIS sur un Windows Server 2012 R2. Pour preuve de sa grande simplicité très relative, IIS continue de péricliter et se situe désormais à 12% des parts de marché des serveurs Web, selon W3Techs. Tout n’est pas aussi simple, sous Windows, que la mise en œuvre d’un DNS ou d’un DHCP ! Et puis, chers DSI, arrêtez de prendre vos salariés pour des cons. Linux, pour un cerveau normalement constitué, n’est pas particulièrement compliqué à installer, à configurer et à utiliser. Les informaticiens, à quelques exceptions notoires, ne sont pas tous des handicapés du bulbe…rachidien.

Concours de quéquette ?

La force des logiciels commerciaux, c’est que le fait de payer, ça rassure ! Et, dans une entreprise, les « chefs » se mesurent souvent entre eux à la quantité d’euros qu’ils font dépenser à leur entreprise. Avec eux, nous ne sommes jamais très loin du concours de  » celui qui a la plus grosse «  ! Il est donc de bon ton de dilapider les ressources en licences aussi chères qu’inutiles. Est-il normal qu’un hôpital, par exemple, choisisse un logiciel commercial pour sa supervision, sa gestion de parc ou pour le ticketing, alors que les solutions Open Source offrent les mêmes niveaux fonctionnels ?

Pas de support ?

Mais, où est-ce que vous avez vu jouer ça ? Si vous avez envie de support, vous pouvez acheter vos distributions Linux auprès de Red Hat ou de SUSE. D’ailleurs, le support, c’est même la seule chose que vous leur paierez. La licence Windows Server 2012 R2 en OEM coûte 800 euros TTC, là où vous dépenserez 795 euros TTC pour Red Hat Entreprise Linux Server et 804 euros TTC  pour SUSE Linux Enterprise Server pour un an de support. La petite différence, c’est que, pour les systèmes Windows, vous aurez le support Microsoft à payer en plus (prix 2014) :

Je n’ai pas les prix du support premier de l’éditeur dont les tarifs exorbitants sont établis à la tête du client.

Au final, le coût global – le TCO – est bien moindre pour Linux que pour Windows. Sans support, il faut comparer le coût de la licence Windows Server à celui des distributions gratuites Debian, CentOS, Fedora, Ubuntu ou OpenSUSE !

Un poil dans la main : pas si sûr !

Certains appellent ça la peur du changement. Arrimés à leur souris, certains techniciens ne savent même plus utiliser le clavier et éditer un fichier de configuration sans faire une faute par mot. Ils ont les moufles. Pour certains d’entre eux, l’heure est venue de songer à se recycler ou à reprendre les études. Je me demande s’ils ne gagneraient pas mieux leur vie dans la plomberie ou chez un garagiste. Arrivés par milliers dans les années 2000, la plupart de ces jeunes techniciens végètent, après une dizaine d’années d’expérience à 1800 € net par mois en région parisienne, alors que les destructions d’emploi sont devenues légion dans les pôles Système et réseau des entreprises utilisatrices. Remarquez que 1800 euros, c’est encore bien cher payé pour faire du clic droit ! ;+) Selon le site Neuvoo, un administrateur Linux serait payé 15% de plus qu’un administrateur Windows.

Linux  / DSI Formateur Linux Linux Red Hat SUSE Windows