Linux : pourquoi je préfère Fedora, CentOS, openSUSE et Ubuntu !

J’ai toujours eu une profonde aversion pour les communautarismes de tout poil et les idées « communautaires », d’où qu’elles viennent. J’ai une profonde détestation de l’ostracisme qui anime trop souvent les membres d’une communauté recroquevillée sur elle-même, aux idées passablement étriquées. Cela vaut aussi pour le logiciel libre et Linux. Je n’utilise pas Linux pour des raisons « idéologiques ». Si j’utilise Linux, c’est avant tout pour des raisons professionnelles.

Linux : pourquoi je préfère Fedora, CentOS, openSUSE et Ubuntu !Comme certains ont pu le préssentir à la lecture de mes billets, je n’ai pas de chapelle en ce qui concerne le choix de la distribution Linux sur laquelle je suis amené à travailler. Le seul choix qui vaille, c’est celui de mon client et, si je dois faire un choix, je tâche de le justifier en évitant le recours à des arguties. S’il m’explique qu’il souhaite installer GLPI sur Windows, alors je préfère lui dire que ce sera sans moi, tant je trouve parfaitement incongrue l’idée de devoir payer inutilement pour une solution dont la mise en oeuvre est beaucoup plus simple sur un système Linux « gratuit » ! 

L’atout majeur des distributions Fedora, CentOS, openSUSE ou Ubuntu, c’est qu’elles sont adossées à des sociétés commerciales, auprès desquelles vous pouvez acheter du support pour leurs propres distributions. Pour nos clients, il y a là quelque chose de rassurant. Red Hat fournit à Fedora les développeurs et les moyens logitisques et financiers, sans lesquels le projet serait très probablement mort depuis belle lurette ! Depuis 2014, c’est également Red Hat qui finance CentOS. openSUSE est soutenu par SUSE ; Ubuntu par Canonical.

Microsoft et l’idéologie communautaire : menace pour Red Hat, SUSE et Ubuntu ?

Lorsque Microsoft a annoncé il y a près de trois ans que Windows 10 serait le dernier Windows, j’ai vite compris que le système d’exploitation de la firme de Redmond allait disparaître dans la forme où nous le connaissons aujourd’hui. Microsoft a choisi Linux, là où Apple avait choisi BSD pour macOS X. Demain, Windows sera une interface, au même titre que le sont aujourd’hui Gnome et KDE.

Microsoft arrive à toute berzingue dans le monde Linux, à la manière d’un éléphant kazakh entrant dans un magasin de porcelaine, près de Limoges. Sa présence risque à terme de menacer les entreprises comme Red Hat, SUSE et Canonical – prises entre l’enclume et le marteau – qui ont fait le choix d’un modèle économique « complexe ». Le choix de Google d’aller vers un Linux communautaire me semble assez révélateur d’une lecture où M$ finirait par remporter la mise en adoptant, comme il l’a fait par le passé, la stratégie du coucou. Pousser l’esprit communautaire en finançant les distributions comme Debian, c’est une des façons de se débarasser, pour Google et Microsoft, de leurs concurrents. Google, une fois de plus, est en embuscade. N’oublions pas la manière dont l’éditeur a su imposer son navigateur, tout en arrosant généreusement Mozilla de subsides.

Très sincèrement, je pense qu’il y a un réel intérêt à soutenir directement ou indirectement les distributions Linux éditées par Red Hat, SUSE et Canonical, si nous ne voulons pas que ce nouveau monde atomisé par l’esprit communautariste amène l’informatique professionnelle à se donner entièrement à Microsoft et à Google. Je vous renvoie à la lecture de Felix Guattari sur la compatibilité des communautarismes et de l’atomisation apparente des « sociétés » avec la constitution de très fortes entités capitalistiques capables de s’adapter à toutes les représentations et à tous les discours.

NB La photo d’Edgar Morin est en corrélation avec l’idée de « pensée complexe ».

Linux  / Centos Formateur Linux Google Linux Microsoft OpenSuse Red Hat SUSE Ubuntu 

Commentaires

Tu as peu être pas de chapelle, mais tu mets des référence de gauchiste dans pleins d’articled, un coup une capture du site Libe(Collabo)ration, et maintenant l’abject Edgar Morin.
C’est quoi la suite?

Tu devrais le préciser ouvertement sur ton blog par soucis « d’honnêteté intellectuelle ». Je sais que dans la psyché d’un communiste (100 millions de morts dans le monde) c’est difficile mais essaye :p

@Encore!

J’ai mis la photo d’Edgar Morin par rapport à la notion de pensée « complexe » évoquée dans l’article et dans l’extrait. Et globalement, je me fous d’Edgar Morin. Par ailleurs, je ne suis pas communiste.

Juste une précision Ubuntu ne prend que Debian fait.

@Christophe

Ubuntu, c’est en fait de la Debian SID, dont les paquets sont rendus « stables » par Canonical. Ils sont ensuite remis dans le pot commun, soit en Testing, soit en Stable par Debian parce que Debian doit porter les paquets sur l’ensemble des processeurs et pas seulement le X86_64.

-> https://help.ubuntu.com/lts/installation-guide/amd64/ch01s02.html

Si je dois installer GLPI sur un serveur Windows, je le ferais car c’est le client qui gère son parc de serveurs et s’il a des compétences que sur Windows, il restera sur Windows :p

Ce n’est pas un problème de mise en oeuvre simple sous Windows, mais de gestion du serveur en lui-même (supervision, mise à jour…).

Pour info je suis FreeBSD intégriste :D

Merci très intéressant donne à réfléchir. Je suis à la base debianeux de longue date et petit à petit j’essaye de retourner sur ma première distro encore en vie qui est SUSE et donc openSUSE.

J’ai hâte de voir ce que va rendre Microsoft a la communauté, je suis sur qu’ils vont jouer le jeu du libre à leur manière mais c’est avant tout le reste qui est important, les pilotes!

Et oui si Microsoft sort vraiment un un truc ayant comme base une debian ou n’importe quelle autre Linux communautaire et encore je ne crois qu’en debian pour faire une base saine,ça veut dire pilote compatible avec debian, ce qui veux dire en d’autre terme compatible avec toutes les distributions.

Bon pour le reste j’aime l’esprit debian mais honnêtement des qu’on veut participer pour aider à maintenir des paquets c’est la merde, là où des distributions comme openSUSE sont accessibles. Très facile de participer dans openSUSE dù à sa mentalité de ce qui font, décident alors que debian c’est un dev est dieu pour son paquet…

Bref on sort du contexte. Mais je vais être peut être le seul à le penser, mais je suis bien heureux que des sociétés comme redhat et s’use sont là et jouent pleinement la carte de l’Open Source.

@David

Pas moi. Mais je ne suis pas un intégriste ! ;+)

Au passage, merci David, pour le boulot que tu abats sur GLPI/FusionInventory.

@Sébastien

Microsoft a-t-il d’autres choix ? Android, c’est du Linux.

Salut. Mint c’est soutenu comme ubuntu ?
Si oui par qui ? Svp

@Pat

Mint est à Ubuntu, ce que Ubuntu est à Debian. C’est un projet communautaire. Une distribution fort intéressante également !

Point de vue très intéressant, surtout si on regarde l’histoire. Il est très possible pour Microsoft de peser dans l’orientation de Linux et de voir quelque chose de boursouflé à la fin…Et la réaction de la communauté sera des forks, des divisions, la mort du truc? Possible.
Je n’ai jamais trop utilisé SUSE mais je me sens effectivement plus proche de Redhat, historiquement, et plus CENTOS que Fedora. Le matériel m’a plus orienté, pour l’instant sur Debian par contre mais ça pourrait très bien être Xubuntu. La différence dans la réflexion est que SUSE et Redhat gèrent des distribs mères tandis que Ubuntu dépend de Debian. La donne n’est donc pas la même à suivre ces sociétés. Et puis une société, ça meurt, ça se fait racheter aussi. Qui nous dit que demain Microsoft ne rachètera pas carrément un de ces acteurs?

@Didier

Commentaire lui aussi très intéressant. Merci pour cette contribution.

D’accord avec David.
Surtout que dans le passé, SUSE (à l’époque de Novell) avait des accords avec Microsoft.

@Vincent

SUSE, c’est mal ? Alors que dire de Mozilla qui utilise les services de safebrowsing de Google ? C’est mal aussi ?

@Denis

Non, je ne dis pas ça.
J’utilise à titre personnel openSUSE sur l’une de mes machines.

Je suis d’accord avec @David sur son intro (en partie) et surtout sur la conclusion de son commentaire => Microsoft pourrait très bien racheter l’une des trois sociétés (SUSE, RedHat, Canonical).

@vincent

J’avais pas compris.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)