Gnome a-t-il fait perdre Linux sur la station de travail ?

En installant hier KDE sur 10 stations de travail, remplaçant Ubuntu par openSUSE, j’ai eu la surprise de retrouver une interface utilisateur digne de ce nom. Comme beaucoup de « linuxiens », j’avais troqué KDE 4 et ses « fabuleux » plasmoïdes pour Gnome 2. Avec l’arrivée de Gnome 3 et de Unity sous Ubuntu qui transforme le bureau de la station de travail en une « vulgaire » tablette, il n’était plus possible d’expliquer à des utilisateurs imprégnés des interfaces  comme celles de Windows XP ou de Windows 7 que Linux offrait une réelle alternative à leurs bureaux « riches ». Autant, dans ce cas, passer directement sur une tablette munie du système Android ! Les choix des développeurs de l’interface Gnome sont devenus de plus en plus incompréhensibles. La question se pose aujourd’hui de savoir s’il y a d’ailleurs encore un pilote dans l’avion.

Faire le choix de KDE

Le choix de Gnome s’était imposé aussi du fait de sa légèreté supposée, en comparaison à la lourdeur de KDE. En réalité, dès 2006, j’avais pu démontrer que, sous Fedora 5, KDE consommait beaucoup moins de mémoire que Gnome. C’était donc totalement faux !  En comparant Gnome à KDE sur une openSUSE 12.2, j’arrive à 198 Mo pour Gnome 3 et 210 Mo pour KDE 4. Le surplus de consommation mémoire est aujourd’hui du côté de KDE. L’écart n’est pas aussi significatif et ne saurait justifier l’emploi de Gnome pour cette simple raison !

Le désamour de la communauté des linuxiens vis à vis de KDE était en fait lié au mode de licence de son environnement Qt qui, depuis la version 4.6, est passé sous licence Open Source. La fatwa vis à vis de KDE n’a donc plus lieu de perdurer !!!

Les points forts de la logithèque KDE

La logithèque KDE renferme quelques véritables pépites. Citons, pesle-mesle :

Tous ces logiciels sont installables sous Gnome. Vous pouvez tester certains d’entre eux en les installant sous Windows.

 

Linux  / Formateur Fedora Formateur openSUSE Gnome Kde Linux OpenSuse Ubuntu Server LTS Unity