Cockpit : une nouvelle interface d’administration pour Fedora

Depuis la version 21, la Linux Fedora est dotée d’une nouvelle interface d’administration et de monitoring au nom de CockPit, à l’image de ce qui existe dans Windows au niveau de l’onglet Performance du gestionnaire de tâches. Elle est accessible à partir de votre navigateur sur le port 9090 en https. Par exemple, si l’adresse Ip du serveur est 192.168.1.24, l’accès à Cockpit se fait par l’adresse https://192.168.1.24:9090/.

L’identification

Authentification sous Cockpit

Le monitoring

Une fois authentifié, Cockpit présente,  sous forme de graphes, le monitoring du CPU, de la mémoire, du disque et du réseau. Tout est écrit en Javascript, en s’appuyant sur l’élément Canvas du HTML5. Il faut d’ailleurs gérer une exception au niveau de l’extension CanvasBlocker si vous l’avez installée dans Firefox ! ;+)

Monitoring Cockpit

Vous pouvez d’ailleurs ajouter d’autres serveurs sur lesquels s’exécute Cockpit, en cliquant sur Dashboard !

Ajout de machine à Cockpit

Apparaît alors, en haut, à gauche, la liste des machines ajoutées.

Liste des machines prises en charge par Cockpit

La gestion des services

L’autre intérêt de Cockpit réside dans la gestion des services, rendue bien plus facile.

Gestion des services dans Cockpit

Pour arrêter et désactiver un service, cliquez sur son nom dans la liste, puis choisissez Stop et Disable.

Arrêt et désactivation des services dans Cockpit

Autres menus

Dans Cockpit, vous pouvez gérer vos containers Docker, visualiser vos Logs, disposer d’informations précisés sur la manière dont est géré le stockage (Storage), la manière dont fonctionne le réseau (Networking), la gestion des comptes utilisateurs (Tools -> Account). Ce que j’apprécie beaucoup dans Cockpit, c’est l’accès à la console par l’interface Web : Tools -> Terminal !

La ligne de commandes à partir de Cockpit

La gestion du service Cockpit

Pour démarrer, arrêter, activer et désactiver Cockpit sous Fedora, vous devez utiliser la commande systemctl issue de l’implémentation de systemd :

systemctl start cockpit.service
systemctl stop cockpit.service
systemctl enable cockpit.service
systemctl disable cockpit.service

Pour limiter l’accès à l’interface à certaines adresses IP, vous devez jouer du pare-feu. Sous Fedora, vous devez jouer du firewalld-cmd en ligne de commandes ou du firewall-config en mode X, à moins d’installer le service Iptables après avoir désactiver Firewalld. Attention aux attaques en force brute via cette interface !

Fedora  / Centos Cockpit Fedora Formateur Centos Formateur Fedora Formateur Linux Formateur Red Hat Linux Monitoring Red Hat 

Commentaires

Un très bon article.

Tcho !

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)