Gérer les dépôts Yum sous Centos

Vis à vis de son concurrent apt sous Debian/Ubuntu, yum, l’utilitaire de gestion de dépôts sous Red Hat, Centos ou Fedora, a longtemps été considéré comme la 2e roue du carrosse et accessoirement une source d’instabilité.

Installation des plugins yum-priorities et yum-protectbase

Avant d’effectuer une mise à jour de votre système, installez au préalable les deux plugins yum-priorities et yum-protectbase à partir de la ligne de commande en mode root : yum install yum-priorities yum-protectbase

Éditez ensuite le fichier /etc/yum.conf et ajoutez-y :

priority=99
protect=1

Le paramètre priority peut prendre les valeurs allant de 1 pour les dépôts les plus sûrs à 99 pour les dépôts les moins sûrs.  Quant au paramètre protect, en le passant à la valeur 1, cela signifie que les paquets ne peuvent pas faire l’objet de mises à jour par d’autres paquets appartenant à d’autres dépôts.

Vous pouvez ajouter au fichier /etc/yum/pluginconf.d/priority.conf la ligne suivante :

check_obsoletes=1

Ce paramètre permet de choisir des paquets plus récents malgré une priorité plus faible au niveau du dépôt. C’est à double tranchant.

Mise en place des dépôts stables

Parmi les dépôts figurant dans la liste proposée par le Wiki Centos, je vous recommande d’ajouter à votre distribution les dépôts suivants avec des priorités décroissantes :

Les dépôts sont installés ou à installer dans le dossier /etc/yum.repos.d/ de votre distribution.

Les dépôts du père Denis

Comme je sais que vous n’avez pas de temps à perdre, vous pouvez aussi récupérer à partir de l’archive que je vous ai mise à disposition la liste des dépôts « stables » dûment paramétrés.

Merci, en retour, de me faire part de vos observations !

CentOS  / Centos Repositories Yum 

Commentaires

Je suis en train de mettre en place une machine
particulière avec une distribution modifiée à base
de Centos-5.5 ….

Ensuite, je compte employer « OTRS » et non
« RT » du fait que c’est un Asterisk, le site
de téléchargement :

http://www.elastix.org

pour mettre en place OTRS :

http://wiki.otrs.org/index.php?title=Installation_of_OTRS_3.0_on_CentOS_5.5

J’ai eu quelques erreurs au niveau de l’installation du fait que j’avais
pris le paquet rpmforge pour la version 6 au lieu de la version 5 ….

La liste des dépots qui sont en place sur la babasse :

/etc/yum.repos.d/

|– CentOS-Base.repo
|– CentOS-Media.repo
|– elastix.repo
|– epel-testing.repo
|– epel.repo
|– mirrors-rpmforge
|– mirrors-rpmforge-extras
|– mirrors-rpmforge-testing
`– rpmforge.repo

Ensuite, ce qui est vraiment désespérant sur ce
genre de bouse provient du fait que pour adjoindre
un nouvel utilisateur, la commande adduser n’est
pas prise en compte (command not found)

voici ce que j’ai modifié :

grep ID_MIN /etc/login.defs

# UID_MIN 500
UID_MIN 1000
# GID_MIN 500
GID_MIN 1000

Je ne trouve pas cela vraiment très concluant ou suis
quelqu’un de désabusé par la propagande bling-bling
des distro RPM ?

Issu de debian et une fois que j’arriverai à comprendre
le système disklabel des BSD, je risque vraiment
de passer aux Unix libres ….

Remarque:

Comme je ne connais pas du tout le $PATH des
fichiers sur une distribution rpm, j’ai fait
appel à Fabrice Facorat pour :

-a) /etc/login.defs
-b) mise en place du paquet rpmforge

En revanche je n’ai pas trouvé d’interface en mode
ncurses pour yum et aptitude est massacré dans
la distro rpm ….

Sur Centos, le système fourni me donne entière satisfaction. Je suis un utilisateur de Red Hat depuis 1998.

Merci pour ce partage

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)