Web Analytics : la limite de Piwik

Depuis 2012, Google ne communique plus les mots-clés utilisés dans les requêtes effectuées à partir de son moteur, du fait du passage au SSL. Il n’y a plus alors que deux manières de disposer des mots-clés utilisés par les internautes pour accéder à vos contenus.

Keyword not provided

Le 1er moyen de disposer des mots-clés, c’est d’installer le script fourni par le service Google Analytics sur vos sites. Seul inconvénient et il est de taille : vous fournissez à vos concurrents tous les mots-clés utilisés pour accéder à vos contenus.

La 2e façon, c’est d’utiliser Google Search Console, en choisissant Trafic de la recherche > Analyse de la recherche.

Web Analytics : la limite de Piwik

 

Enregistrer

Web Analytics  / Formateur Piwik Formateur Web Analytics Google Analytics Google Search Console Piwik Web Analytics 

Commentaires

Bonjour j’ai une petite question, je vous lis avec beaucoup d’intérêt depuis plusieurs mois je vous vois nous mettre en garde sur Google…..mais vous possédez vous même une adresse Gmail n’y aurait il pas comme une erreur ?
En tout cas merci pour la qualité de vos articles.
Cordialement,
Michel Saurin

@Michel

Mon adresse gmail est une adresse poubelle. ;+) Il faut que Google me serve à quelque chose.

« Google ne communique plus les mots-clés utilisés dans les requêtes effectuées à partir de son moteur »
C’est en fait le navigateur qui n’envoie plus les mots clés, ce n’est pas Google qui a décidé de ne plus les communiquer.

Pour des raisons de confidentialité, quand on navigue depuis un site en HTTPS vers un autre site (HTTPS ou non), le navigateur n’envoie pas l’URL référente complète, mais seulement le domaine de l’URL référente.

Comme les mots clés de la recherche sont dans l’URL référente, les outils d’analyse n’y accèdent plus dès lors que le moteur de recherche est utilisé en HTTPS, ce qui est le cas de Google.

@Laurent

Exact.

Et pour compléter sur le sujet, il y a une spec W3C en cours de discussion pour permettre aux pages de contrôler la façon dont le referer sera envoyé pour les liens présents sur la page : https://w3c.github.io/webappsec-referrer-policy/

Google utilise déjà la balise meta pour faire ce contrôle, mais pour l’instant elle est utilisée de manière à mettre uniquement le domaine dans le referer (ce qui est le comportement par défaut des navigateurs). Donc quand cette spec sera finalisée et supportée par les navigateurs, si Google ne bascule pas d’ici là en « unsafe-url » plutôt que en « origin », on pourra dire que c’est eux qui refusent de communiquer les mots clés (ce qui ne serait pas surprenant, pour « forcer » à utiliser leurs outils…).

J’ai adoré la réponse Denis ;)
Bonne continuation.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)