Pourquoi le site du ministère des armées recourt à Doubleclick ?

DoubleClick est une régie publicitaire rachetée par Google en 2007. Elle est spécialisée dans le ciblage comportemental, par la collecte de données de navigation personnelles. Et comme elle est installée sur de nombreux sites, Google dispose, de ce fait, d’informations extrêmement précises vous concernant, si vous oubliez de désactiver les cookies tiers. C’est le modèle économique des GAFAM !

Avec surprise, j’ai pu constater par uBlock Origin que DoubleClick était utilisée au niveau du site du ministère des armées. Je pourrais aussi évoquer le recours à Youtube, alors que DailyMotion est un groupe français. Il serait peut-être temps de faire le choix du Made In France, dans nos appels d’offre. Alors, que vient faire une régie publicitaire au niveau d’un site institutionnel du gouvernement français ??? Et même s’il n’y a strictement aucun enjeu de sécurité majeur apparent sur le site du ministère des armées, disposer des informations de Web Analytics concernant les internautes, leurs origines peut constituer en soi une donnée sensible.

Pourquoi le site du ministère des armées recourt à Doubleclick ?

Web Analytics  / Confidentialité des données 

Commentaires

La mesure d’audience devait figurer dans le cahier des charges, le prestataire ou plus simplement l’un des développeurs en charge a probablement implémenté cette fonctionnalité au plus simple pour lui (prestataire figurant dans les mentions légales)…

J’imagine que le service de communication des armées souhaite juste avoir ses stats mensuelles sans se soucier de savoir comment/ou sont produits ses chiffres

Vu dans un autre ministère, Matomo a été adopté sur certains projets (mais pas assez utilisé à mon gout…) afin d’éviter de voir filer d’avantage ses données. Donc oui effectivement des alternatives existent.

Quant à dailymotion, personne ne veut l’utiliser du fait de la potentielle perte de visibilité par rapport à l’ogre youtu** (entendu à plusieurs reprise coté décideurs)
:-(

Bonjour,

Au chargement initial de la page d’accueil du Ministère, 2 sources de javascripts:
– …defense.gouv.fr
– …youtube.com

C’est donc suite au chargement de ces scripts que la suite est appelée.

En autorisant defense.gouv.fr à fournir ses scripts, on découvre que le moteur de recherche « interne » est en fait celui de Google. Quant à youtube, c’est de là que proviennent la plupart des insertions que vous observez, je ne dois pas faire un dessin. En gros quand un site propose une vidéo youtube, on charge tout l’écosystème que Google nous mijote pour monétiser son outil…

Bien à vous,

Suske

@fred

Les stats sont fournies par AT Internet (xiti).

Mouais… Si on regarde Dailymotion, il est gavé à grands renforts de google-analytics et autres joyeusetés du groupe.
Je suis pas certain au final que le ministère ait tord sur ce coup. Quite à passer par Google, autant passer par l’original.

@Sabcat

En effet, du Google Analytics, du Google Tag Manager et du DoubleClick.

En fournissant ces données à Google, DailyMotion se tire une balle dans le pied.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)