Matomo – ex Piwik – est-il un outil de tracking ?

Matomo - ex Piwik - est-il un outil de tracking ?Matomo, anciennement Piwik, anciennement PhpMyVisites est un logiciel Open Source de Web Analytics par marqueur s’appuyant sur un script javascript. L’objectif de cette solution est d’obtenir des statistiques de visites et d’audience. Il est utilisé notamment pour mesurer les campagnes de référencement naturel. C’est une des rares solutions concurrentes à Google Analytics. Il a cet avantage de ne pas envoyer les données de navigation des internautes visitant nos sites dans les pognes de Google !

Je voudrais faire plusieurs observations par rapport aux articles de Nono et de Tuxicoman, de façon à éviter toute confusion.

Un outil de mesure d’audience bien plus qualitatif que quantitatif

Matomo, au même titre que OWA, répond à la demande de clients soucieux de connaître l’audience des sites que nous référençons. Il est compliqué de mettre sur le même plan le blog d’un libriste dont l’audience est confidentielle avec un site commercial ou institutionnel ! Autrement dit, aussi louable que soit l’intention des rédacteurs  Bibiil, Skibooss, Nono et Raphi, elle n’est pas transposable à l’immense majorité des sites. Nos clients ont besoin de savoir l’origine de leur trafic.

Tuxicoman, dans son article, parle, quant à lui, des limitations de Matomo/Piwik. Il y souligne très justement que la plupart des bloqueurs publicitaires (uBlock Origin, AdBlock Plus, etc) empêchent les scripts de mesure d’audience de fonctionner. C’est d’ailleurs cette raison qui, pour ma part, m’a amené à passer à Awstats qui s’appuie sur les logs du serveur Apache pour mesurer l’audience. Les outils de Web Analytics par marqueur, comme Matomo, sont par ailleurs incapables de mesurer le téléchargement de documents, l’accès aux flux RSS. Les données remontées de Matomo ne sont en fait pas très exhaustives.

L’intention de Matomo n’est pas de faire du tracking.

De là à dire comme Nono que Matomo serait un outil de tracking, il y a un pas que la raison m’interdit de franchir ! Le tracking suppose en général de disposer d’informations d’identification personnelles  obtenues lors de la connexion à un service qualifié de gratuit. Le fait de collecter l’adresse ip, le navigateur et son système d’exploitation, le referer est une condition nécessaire. On pourrait parler d’empreinte Canvas, de Etag également. Ces techniques de collecte ne sont pas suffisantes pour qualifier un acte de pillage de nos données personnelles ! L’objectif du tracking est, en général, le ciblage publicitaire ou bien la revente de bases de données des utilisateurs du service à un tiers. Très clairement, Piwik ne s’inscrit pas dans cette  intention ! Il ne dispose d’ailleurs d’aucun composant pour le faire.

Web Analytics  / Awstats Formateur Web Analytics GAFAM Piwik Tracking Web Analytics 

Commentaires

Bonjour Denis,

Quand je parle de « tracking », je parle surtout de « suivi ».
Je « pistais » les gens, pour savoir ce qu’ils font, d’où ils viennent etc …
Notre démarche est plus de : On n’à que faire de ces infos et du nombre de visiteurs, alors pourquoi laisser ce « suivi » en place ?

Loin de moi l’idée de dire que c’est inutile (surtout pour des sites commerciaux?) ni que c’est le diable, ni même que c’est transposable partout. L’article montre juste (et peut-être donnera envie) de se poser la question : Je traque/suit mes visiteurs mais … est-ce utile ? En ai-je besoin ? Et si oui, pourquoi ?

Du coup, je comprend mal le « Matomo serait un outil de tracking, il y a un pas que la raison m’interdit de franchir » => Le fait même que Matomo « traque » afin de récupérer des informations en fait un outil de … tracking ?!

Il faut juste pas diaboliser (ni généraliser) à mon avis.

Tres juste comme analyse. Ce n’est pas vraiment ce qu’on appelle du tracking, d’autant plus que de nombreuses options permettent d’anonymiser les ip.

Outre le our referencement et le marketing, ça permet de savoir ce qui intéresse les internautes et potentiellement de s’adapter à leurs goûts.
Matomo possède aussi un mode pour se analyser à partir des logs serveur, tout comme awstat, je ne l’ai cependant jamais testé.

Pour ma part, j’ai pendant longtemps utilise Google Analytics et je passe petit à petit a Matomo. Sur mon blog où il y a pour le moment les deux en parallèle, je peux dire qu’au niveau des chiffres Matomo est aussi fiable que GA donc c’est une très bonne alternative.

@Nono

Je ne vois pas bien en quoi tu traquais les utilisateurs avec Matomo, en regardant leur ip, leur navigateur, leur OS et le referer.

Je souscris à la remarque de Buzut : de plus en plus de connexions sont réalisées au travers de proxy, de VPN. Il existe aussi de très nombreuses extensions sur Chromium/Chrome et Firefox pour changer son useragent de manière aléatoire, surtout au sein de notre lectorat.

Je penses qu’on est juste pas d’accord sur le terme de tracking.
pour moi, « en regardant leur ip, leur navigateur, leur OS et le referer », je traque / récupère / met en exergue / réutilise / réformate ces donnés pour les ‘utiliser’.

Dans MON cas, je n’ai jamais eu besoin, ni envie des les utiliser, d’où la suppression.

Notre motivation n’est que plus grande quand je sais que ce que je pouvais ‘traquer’ (récupérer) comme info, aussi anonymes soit elle, pouvait et devait sans doute être fausse….

Cela dit, j’encouragerais toujours la mise en place d’un matomo contre un GA…

@Nono

Je trouve dommage de se priver d’un outil de Web analytcis. C’est un outil susceptible de nous remonter des infos sur l’origine d’une DDoS et de trafic parasite qui perturbe nos sites.

Juste un petit mot pour te dire que Matomo peut aussi se baser sur les logs du serveur web, comme Awstat.
C’est ce que je faisais avant de passer en « mode » javascript.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)