Vais-je finir par quitter Facebook ?

A l’occasion de ces derniers quinze jours, j’ai pu me rendre compte du « monolithisme » de la pensée de mes « amis » sur Facebook qui braillaient majoritairement en faveur du candidat de la France Insoumise. Il me restait bien ici ou là quelques partisans de Benoît Hamon, quelques Lepénistes, des socialistes devenus au gré des sondages supporters d’Emmanuel Macron, un ou deux Républicains se battant en duel. Je dois vous dire que j’ai eu un peu de mal à supporter la logorrhée mélenchonniste et toutes les attaques imbéciles portées contre le candidat de la France En Marche. A l’insu de leur plein gré, ils ont fait un tort considérable à leur candidat. Et le résultat fut à la hauteur de leurs espérances : Mélenchon a été dégagé dès le 1er tour. Et à 66 ans, il peut faire valoir ses droits à une retraite bien méritée. Je tiens à préciser que, si j’ai voté pour Macron, c’est pour nous éviter Fillon. Mon candidat naturel était plutôt Benoît Hamon. A la lueur des résultats d’hier, je pense que mon choix fut le bon !

Quelle attitude adoptée ?

J’hésite aujourd’hui à quitter Facebook, parce que je suis toujours tenté, hélas, de répondre à tous ces trolls militants, téléguidés par les équipes de communication de notre nouveau petit père des peuples ou de l’héritière des ciments Lambert. Du coup, j’en suis même venu à prendre la défense du projet d’Emmanuel Macron qui n’avait certes pas besoin d’un aussi piètre « militant » du dimanche que moi.

Ce matin, en voyant mon mur tapissé de statuts injurieux de mes « amis » lepénistes, j’ai failli piquer le coup de sang en les virant tous de mon profil. Il n’est d’ailleurs pas impossible que je le fasse dans les prochains jours, s’ils continuent à me les briser menu-menu.

Vais-je finir par quitter Facebook ?

Réseaux sociaux  / Emmanuel Macron En Marche Front National Marine Le Pen