Entreprise et réseaux sociaux

A l’heure de l’explosion des plates-formes de réseaux sociaux payantes ou gratuites, généralistes ou professionnelles telles que Xing, Facebook, Viadeo, Ziki, LinkedIn, etc… la question de leur utilisation au sein de l’entreprise continue de se poser au delà de l’effet de mode. Reste qu’il convient de faire un important distinguo sur la nature de ce qu’on cherche à émettre ou à recevoir au travers de sa présence au sein d’un réseau social !

Rappel sur ce que sont les réseaux sociaux !

L’essentiel du contenu de l’internet est produit par les sites institutionnels, les blogs, les images, les vidéos et les forums qui sont indexés par les moteurs par leurs mots ou leurs tags associés. Les plates-formes de micro-blogging telles que Twitter et FriendFeed ne sont que des outils de diffusion et de partage de liens. Couplé aux blogs et aux plates-formes de micro-blogging, le réseau social intervient en tant que terminaison nerveuse du contenu du Web. Le réseau social est aujourd’hui un concurrent majeur pour les moteurs de recherche : l’information la plus pertinente, compte tenu de nos tropismes, se trouve associée à celle de nos « amis ». Le réseau social nous aimante, nous magnétise.

Pour autant, ce qu’il manque aujourd’hui aux plates-formes gratuites de réseau social telle que Facebook, Ning ou OpenSocial, c’est avant tout le couplage à la messagerie. Microsoft l’a très bien compris en mettant en place sa plate-forme Live associée à MSN et à Hotmail. Les choses risquent d’évoluer du côté des concurrents et de Google tout particulièrement dans les tous prochains mois.

Diffuser via les réseaux sociaux

Le reproche qui peut être fait aux réseaux sociaux, c’est leur dimension communautaire. C’est le risque de la logique de l’enfermement identitaire. Mais dans le cadre d’une stratégie de communication, le renforcement de la marque auprès de ceux, fournisseurs et clients, qui y sont associés légitime l’effort de communication et les moyens qui peuvent y être rattachés. Cela ne signifie aucunement qu’il faille abandonner les autres supports traditionnels et numériques du marketing bien évidemment. L’impact marketing des réseaux sociaux est encore extrêmement mineur du fait de leur sous-exposition aux spiders des moteurs.

Reste le temps qu’on y passe, l’argent qu’on est prêt à y consacrer et la maîtrise tant sur le plan rédactionnel, technique que juridique des contenus qu’on y pousse !!! L’image de l’entreprise peut en être profondément altérée et le résultat obtenu  aux antipodes des effets escomptés.

Le gris de l’Internet

Les réseaux sociaux sont aussi des outils pour extraire le gris de l’Internet. A titre d’exemple, ils font partie du cahier des charges du système Hérisson commandité par le ministère de la défense nationale. Ce système de surveillance, bien que démenti par le ministère quant à sa nature, devrait d’ailleurs être opérationnel en mars 2010. Les contacts uni-personnels, les photos, les vidéos, les commentaires sont très souvent la partie immergée d’un iceberg et permettent à des gens très informés sur une problématique particulière de connaître les parties stratégiques qui se jouent ou se déjouent. De la même façon, l’absence de visibilité d’une personne sur Internet peut être en soi, selon son secteur d’activité, un élément d’information extrêmement précieux.

Là-encore, le temps qu’on y passe , le coût associé au fait de scruter (recevoir), de notifier (émettre), de synthétiser (traiter) et de stocker nécessitent de s’inscrire dans une finalité particulière et d’être en capacité d’évaluer la qualité de l’information récupérée.

Des plates-formes et outils intéressants

Crédit photo : AgoraVox

Réseaux sociaux  / Facebook Formateur SEO Marketing Référencement naturel Réseaux sociaux Search Engine Optimization SEO Viadeo 

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)