Les nouveaux métiers de l’Internet

Le secrétariat d’état chargé de la prospective et du développement de l’économie numérique rattaché au 1er ministre a mis en place en juillet 2009 un site consacré aux métiers de l’Internet.

En dehors des métiers traditionnels de l’informatique (gestion de projet, développement, ergonomie des Interfaces Homme-Machine), la présence des entreprises sur Internet requiert des compétences dans différents domaines :

La production de contenus

L’indexation par les moteurs de recherche se fait avant tout par les mots. La présence d’une entreprise requiert tout d’abord de fortes capacités dans le domaine rédactionnel, une parfaite maîtrise d’une ou plusieurs langues tant sur la plan de l’orthographe que de la grammaire ou encore de l’expression. Les textes doivent être concis, fluides et clairs permettant de dégager rapidement l’axe fort du message véhiculé.

La production de contenus, c’est aussi la mise en ligne d’animations, de vidéos et de documents qui répondent à des logiques de présentation très différentes. Là où l’animation fait appel à de fortes compétences en matière de web-design, la présentation relève davantage des métiers de la PAO et du pré-presse. Quant aux vidéos, elle exige des savoir-faire en matière de scénario, de cadrage, d’éclairage et de montage. Les moyens numériques ne nous affranchissent pas encore des contraintes liées au traitement de l’image.

La veille

Les métiers de la veille s’appuient tout d’abord sur des compétences fortes en matière d’utilisation des moteurs de recherche, d’outils d’agrégation et de gestion documentaire. Mais pas seulement ! Dans les hôpitaux, par exemple, les veilleurs sont aussi des personnels médicaux ! Le veilleur doit posséder une double compétence technique et professionnelle.

L’animation de sites, blogs et réseaux sociaux

Ils sont désignés par le terme anglo-saxon de « community managers ». Leur rôle ? Pousser du contenu, veiller, commenter et, à l’occasion, produire du contenu. Ils doivent disposer de compétences solides en matière de production de contenus et de veille. Une bonne connaissance de l’organisation dans laquelle il travaille est également nécessaire.

Le référencement

La multiplication de contenus dans les index des moteurs amène les entreprises à investir de plus en plus lourdement dans ces compétences. Aujourd’hui, cette activité est encore très largement externalisée. L’objectif est d’assurer le plus de visibilité à une entreprise sur son cœur de métier au niveau des moteurs. Elle se construit sur deux types d’action. En premier lieu, il y a le référencement naturel qui s’appuie sur l’indexation, l’affiliation et l’inscription des sites dans des annuaires et des moteurs. Comme le primo-référencement d’un contenu marque de son empreinte l’entreprise dans les index des moteurs, le référenceur devrait pouvoir le contrôler avant qu’il soit publié. C’est très rarement le cas ! En second lieu, il y a les campagnes de buzz ou de marketing viral qui relèvent du référencement événementiel. Il s’appuie sur des contenus multimédias à pousser dans les réseaux sociaux, dans les blogs, dans les forums notamment. L’impact de ce type de référencement est extrêmement court et influence peu le référencement naturel qui s’inscrit quant à lui dans une logique de long terme.

Par une présence solide dans les index des moteurs et, au besoin, en saturant les index d’informations relatives à l’entreprise, vous pourrez, en vous appuyant sur les techniques de SEO faire face aux problèmes de e-réputation !

Internet  / Community Manager Consultant SEO Référencement naturel Réseau social Réseaux sociaux Search Engine Optimization SEO Veille stratégique et concurrentielle 

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)