Firefox Quantum nettement distancé par Chromium

J’ai voulu en avoir le cœur net et vérifié par moi-même ce qu’il en était de la nouvelle fulgurance de Firefox Quantum par rapport à Chromium. Je précise que le test présenté ci-dessous a été réalisé sous Windows avec une gestion de cache en mode ramdisk pour les deux navigateurs. J’ai utilisé les versions 64 bits de Firefox 57.0.3 et de Chromium 65.0.3300.0. Tous les deux étaient équipés d’AdBlock Plus  et des mêmes filtres ! Les temps ont été mesurés par l’extension Page Load Time sous Chromium et par Page Timer sous Firefox.

Le résultat est sans appel : Chromium est plus rapide de 22% par rapport à Firefox. Cela signifie que si votre entreprise comprend 100 salariés qui surfent en moyenne deux heures par jour sur 200 jours l’année, vous aurez une économie théorique maximale de 8800 heures (100*200*2*0.22), soit l’équivalent de 6,3 emplois à plein temps sur une année. Cette statistique doit être pondérée par le temps de lecture aux informations accédées.  Pour un temps de lecture moyen de 1 minute par site consulté, le gain sur l’année est de 217,8 heures (100*200*2*60*60/(20,25+60)*(2,025-1,588)/(60*60*7*200)), soit 0,16 emploi à temps plein sur une année.  0,089 pour un temps de lecture moyen de 2 minutes. Le fait que les internautes privilégient Google Chrome ne relève pas du hasard pur !

Je voudrais très sincèrement m’excuser auprès de mes lecteurs pour les avoir induits en erreur en militant en faveur d’un logiciel qui les amenait à perdre de la productivité. Mon rôle n’est pas de militer, mais avant tout de montrer la réalité. Au travers de toute une série de billets, je vous ai fourni les clés pour utiliser Chromium sans que votre vie privée ne soit menacée !

And the winner is… Google !

Le test a été fait sur une dizaine de sites. Je pense que les données observées sont significatives.

Firefox Quantum très nettement dépassé par Chromium !

Navigateurs  / Chromium Firefox Firefox Quantum Google Chrome 

Commentaires

salut,
tout d abord, mercie d avoir pris le temps d effecter ces tests
cependant le calcul du gain de temps me gene

perso, pour une entreprise qui comprend 100 salariés qui surfent en moyenne deux heures par jour **a raison de 80 sites a l heures** sur 200 jours l’année ;

Firefox Quantum
20,25 / 10 = 2,025 s moyenne chargement par sites
2,025 * 100 * 200 * 80 * 2 / 3600 = 1800 h

Chromium
15,88/10 * 100 * 200 * 80 *2 / 3600 = 1411 h

soit une difference de 389 h ou 11 semaines de 35 h sur 1 an
c est pas negligeable mais loin des 6,3 emplois à plein temps…

8800 heures de gagnées… pourquoi, les internautes passent leur temps à recharger des pages ? Ben non, ils affichent une page (1,5s ou 2s selon le navigateur), et ensuite ils passent 1 ou 2 minutes à lire cette page.

Donc le gain total est à remettre dans cette perspective.

T’as le sum contre Mozilla et la tournure que prend Firefox.
Arrête avec tes articles useless

Bonjour,

Je pense qu’il faut faire une moyenne sur plusieurs « rechargements » pour valider ce tableau. Sinon, ça contredit ton article précédent où lemonde.fr rechargeait à plus de 2 secondes.
D’autre part, les tests ont-ils été fait en premier pour Firefox puis Chromium ? Si tel est le cas, il peut y avoir l’influence de la résolution DNS.

Si tes salariés passent leur temps sur les sites que tu testes, pas sur que tu t’y retrouves en rentabilité…
:-)

@matt

J’ai fait un autre calcul qui représente 22% du temps total. C’est vrai qu’il faut intégrer le temps de lecture dans le calcul. J’ai complété l’article. Chacun pourra transposer ! ;+)

@Clèm

J’ai pris soin de tout mettre en cache DNS. Et j’ai changé l’ordre des requêtes sans que cela révèle de réelles différences. J’ai pensé à ce biais statistique.

@favardin

On passe plus son temps à recharger qu’à réaliser des primo-accès. En général, le navigateur reste ouvert toute la journée.

@0mi

Quand est-ce que tu te mets à parler français ?

Je déplore comme beaucoup ta campagne de décrédibilisation de Firefox. Si tes arguments étaient constructifs, pourquoi pas … mais là ! Dans ton article, tu confonds Google Chrome et Chromium. Certes Google Chrome est basé sur Chromium mais tu ne peux pas écrire « And the winner is… Google » avec un tableau comparatif avec Chromium. Pourquoi ne pas faire des tests avec Google Chrome ? De plus pour ta phrase « Le fait que les internautes privilégient Google Chrome ne relève pas du hasard pur ! », hélas on connait les méthodes de Google pour forcer les installations de son navigateur notamment lors de l’installation de logiciel tiers (cf. Avast). Certains utilisateurs que je connais ne savent même pas me dire comment Google Chrome est arrivé sur leur ordinateur. Enfin, je pense que les salariés d’une entreprise ne passent pas leur temps à rafraichir leur page, quid de l’utilisation du cache ?

@Nicko

Je ne pense pas que Mozilla et Firefox aient besoin de qui que ce soit pour se décrédibiliser !!!

J’ai refait mon calcul. Vous aviez en partie raison. Dure, dure, cette fin d’année ! ;+)

 » Pour un temps de lecture moyen de 1 minute, le gain sur l’année est de 2220 heures (100*200*2*20,25/(20,25+60)*0.22) »

Ce calcul est faux, parce que vous comptez le temps total de tous les sites et l’ajoutez au temps de lecture pour un site… Ce qui revient en fait à faire le calcul pour une durée de lecture de 6 secondes en moyenne (1 minute pour 19 sites), pas 1 minute.

En comptant 1 minute de lecture en moyenne pour chaque page chargée, on tombe à 287h perdues par an.

Après, il faudrait aussi prendre en compte que :
* si les employés passent en moyenne deux heures par jour à surfer, c’est peut-être là qu’est la principale perte de productivité pour l’entreprise, pas dans les temps d’attente : peut d’emplois justifient de passer 2h par jour à surfer…
* l’employé qui perd une cinquantaine de secondes par jour sur les temps de chargement de son navigateur, ça ne veut pas dire qu’il perd cinquante secondes de production par jour : vu qu’en général on lui demande de faire un certain travail dans un certain délai, ces 50s par jour seront surtout perdues sur son temps libre…
* la priorité dans la chasse à la productivité n’est peut-être pas de gratter 50s perdues par jour et par employé : il y a sans aucun doute des pertes bien plus importantes sur de nombreux autres points…
* ceux qui surfent beaucoup ont depuis longtemps l’habitude de fonctionner avec plusieurs onglets, ce qui au final masque complètement les temps de chargement… Par exemple, quelqu’un qui fait de la veille technologique, il va avoir tendance à avoir son flux de titres, à cliquer sur tous les titres qui l’intéressent, puis à lire un à un les onglets correspondant, ce qui fait qu’au final seul le temps de chargement du premier lien aura été visible (et encore, même pas vraiment, puisque le premier se charge pendant que l’utilisateur continue à parcourir sa liste de titres…), tous les autres sont masqués.

Bref, je doute fort que les performances brutes d’un navigateur aient un réel impact sur la productivité d’un travailleur, tant que le navigateur choisi est compatible avec tous les sites et outils web nécessaires pour le travail demandé.

@LFS

J’adore votre conclusion, surtout quand on sait que Mozilla a bazardé XUL. CQFD.

Effectivement, le calcul n’était toujours pas bon. Là, en revanche, j’ai pris le temps de vérifier !

« Effectivement, le calcul n’était toujours pas bon. Là, en revanche, j’ai pris le temps de vérifier ! »

Non, toujours pas bon ! Le résultat du calcul est correct. Mais la formule est fausse.

Commençons par cette partie là : (20,25+60)*(20,25-15,88)

20.25, c’est la somme des temps moyen de chargement sur Firefox. Donc le temps moyen pour charger les DIX sites.
60, c’est le temps de lecture d’UNE page. Pas de dix. Si on compte 1 minute par page, il faut additionner le temps moyen de chargement des dix pages au temps de lecture des dix pages. Ou le temps moyen par page (soit 2s pour Firefox) au temps de lecture d’une page.

Ensuite, vous multipliez ça par la différence de temps de chargement entre les deux navigateurs. Pourquoi ? :o Ça n’a pas de sens de multiplier le résultat par la différence de temps de chargement.

Le calcul le plus « juste » (mais avec toujours tous les biais donnés dans mon premier message, qui du coup exagèrent l’avantage du navigateur le plus rapide), ça serait en fait de raisonner en commençant par compter le nombre de pages que peut voir l’utilisateur dans une sessions de 2h avec le navigateur le plus rapide, puis de voir combien de temps ça lui prendra pour faire la même chose avec le plus lent.

Avec Chrome, l’utilisateur mettrait 61.588s par page (1.588 de chargement en moyenne + 60 de consultation), ce qui donne 116.9 pages sur la session de 2h (et là, on se rend déjà compte que sur une journée de travail, c’est énorme… il y a bien peu de postes qui justifient de visiter plus de 100 pages par jour… sauf à glander sur le net toute la journée, auquel cas le problème de productivité c’est les 2h passées à glander, pas les quelques secondes de temps d’attente).

Avec Firefox, l’utilisateur mettrait 62.025s par page (2.025 + 60). Pour 116.9 pages, il mettra donc 7251s environ. Soit 51s de travail perdu si on suppose que ces 51s de temps de surf en plus sont intégralement rognées sur du temps de travail productif.

Bref, avec deux hypothèses larges (nombre de pages par jour + rognage de tout le temps perdu sur du temps productif), on arrive à 51s par jour et par employé.

Si on compte une moyenne de 214 jours de travail par an, ça donne 3h02 de perdues par employé et par an.

Un temps plein 35h, c’est 1607h par an. La « perte » est donc au grand maximum de 0.19%.

Donc pour une entreprise ayant 100 employés qui passent 2h par jour sur Internet pour leur travail, qui ne font rien pendant que leur navigateur charge, et qui dégrèvent tous ces temps de chargement du reste de leur temps de travail, la perte et de 0.19 équivalent-temps-plein. Votre calcul donne encore quasiment dix fois plus, alors que mes hypothèses comptent déjà large…

« J’adore votre conclusion, surtout quand on sait que Mozilla a bazardé XUL. CQFD. »
C’est quoi le rapport avec XUL ? Quasiment aucune entreprise n’a basé ses sites et outils web sur XUL… Beaucoup trop spécifique ! Quand on développe des outils web pour une entreprise, en général ce qui est demandé c’est d’avoir une compatibilité totale avec le navigateur préconisé dans l’entreprise, et une compatibilité « best effort » avec les autres navigateurs (pour avoir un minimum d’adaptation à faire si l’entreprise décide de changer de navigateur). Hors de question de s’appuyer sur XUL dans ces conditions… Surtout qu’en plus les entreprises exigent de plus en plus souvent une compatibilité mobile, donc avec besoin que ça marche sous Safari vue la part énorme de l’iPhone… Et donc là encore, exit XUL.

Mais à ce niveau, l’adoption de WebExtensions par Mozilla fait finalement bel et bien un pas en avant pour le développement d’extensions de navigateurs pour les usages internes d’une entreprise. Avant c’était quasiment impossible à faire, les entreprises ne voulant pas d’un truc qui ne marche que sur un navigateur et ne voulant pas payer pour deux développement (une version XUL pour FF + une version WebExt pour le reste du monde). Maintenant, ça devient envisageable, les efforts d’adaptation pour rendre une extension WebExt compatible avec plusieurs navigateurs étant bien moindres.

@LFS

100 salariés*200 jours *2 heures/jour *60 minutes/heure *60 secondes/minutes /(20,25+60) temps moyen de visite de site = NTSV, nombre total de sites visités
NTSV*(20,25-15,88) temps gagné par site en secondes/(60*60*7*200) ramené en emploi annuel. CQFD.

Je vous cite : « Bref, je doute fort que les performances brutes d’un navigateur aient un réel impact sur la productivité d’un travailleur, tant que le navigateur choisi est compatible avec tous les sites et outils web nécessaires pour le travail demandé. » Donc XUL et tout un écosystème d’extensions que Mozilla vient de bazarder !

« (20,25+60) temps moyen de visite de site ». Ce n’est pas le temps moyen de visite pour un site. C’est le temps de chargement de DIX sites + la lecture d’un seul site ! Parce que 20.25, c’est ce qui apparait dans votre tableau en ADDITIONNANT les temps moyen de chargement des dix sites que vous avez pris en référence, pas en faisant la moyenne des temps de chargement de ces dix sites !

« (20,25-15,88) temps gagné par site en seconde »

Idem : 20.25-15.88 ce n’est pas le temps gagné par site, c’est le temps gagné pour DIX sites, puisque c’est le TOTAL des dix sites dans votre tableau !
Le temps moyen gagné par site, c’est moins d’une demi seconde sur un peu plus d’une minute par visite, pas près de 5 secondes sur 1min20 par visite !

Bref, vous multipliez par 10 le temps perdu…

« Donc XUL et tout un écosystème d’extensions que Mozilla vient de bazarder ! »
Quelle est la proportion des emplois qui dépendaient d’extensions qui n’existent plus aujourd’hui au format WebExtensions ?
Surtout que comme vous le savez, Chrome, qui utilise des WebExtensions, était déjà largement majoritaire avant l’abandon de XUL…

C’est quand même cocasse de pousser les gens vers un navigateur n’ayant jamais supporté autre chose que les WebExtensions pour tenter de « punir » Mozilla d’avoir basculé vers les WebExtensions…

@LFS

Tu as entièrement raison. Dure, dure, cette reprise. ;+) Et merci d’avoir insisté. J’ai joué au gros blaireau avec ce billet !!!

Pas de souci, les lendemains de réveillons sont difficiles pour tout le monde :)

Hello essayez firefox developpement il est aussi bien que chromium

@jp

J’y songe.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)