Une blogosphère à l’état gazeux

Une blogosphère à l'état gazeuxLa blogosphère bouge encore à la manière d’un centenaire en train de danser le twist ! Pour faire simple, elle est en train de s’éteindre à la manière des dinosaures, après que la météorite des réseaux sociaux s’est abattue sur le Net à la fin des années 2000. Lorsqu’en 2010, j’écrivais que la blogosphère n’en finissait pas de mourir, je pointais déjà le tropisme des usagers de l’Internet et des zinfluenceurs à se téléporter sur Facebook et Twitter. Le phénomène s’est encore accéléré avec Instagram et surtout Youtube. En 2010, le Youtubeur n’existait pas encore ! Une fois de plus, j’avais sans doute eu tort d’avoir raison trop tôt. ;+)

La flemme

Si je reste et resterai un blogueur dans l’âme, je suis obligé de constater que nous sommes entrés dans une crise des vocations. En plus du développement des réseaux sociaux, globalement, les blogueurs sont devenus de gros flemmards. Rendez-vous compte : cela faisait 1 mois que Nicolas n’avait pas produit le moindre billet ! ;+) La flemme s’est également étendue à la blogosphère technique, où les blogueurs en sont réduits, faute d’inspiration, à nous parler de leurs états d’âme dont nous n’avons strictement rien à faire !

Les moufles

Le 3e facteur, je le crois très sincèrement, c’est que les jeunes générations ont quelques difficultés majeures à coucher sur le papier leur absence manifeste de pensée structurée. Cette problématique me semble étroitement liée à des insuffisances graves dans le maniement de la langue française. Truffés de fautes d’orthographe et de grammaire, les textes publiés sont parfois difficiles à comprendre ! Du coup, dans le domaine informatique, certains d’entre eux écrivent directement en anglais pour s’assurer accessoirement de plus de visibilité et d’une plus grande compréhension de texte.

Le buzz

Et puis, il y a les algorithmes des moteurs de recherche qui privilégient l’écume des jours et la pensée mainstream de  médias à forte audience. Le buzz s’est substitué à la pensée complexe. Du coup, nos contenus sont de moins en moins accessibles à partir des pages de recherche proposées par Bing et Google. Cela ne nous incite pas franchement à écrire davantage. Le souci dans ce magma, c’est que, pour être lu, il faut produire toujours davantage !

La haine

Je finirais par une note plus personnelle. Ce qui peut conduire, comme Fred et quelques autres, à lever le pied, c’est l’agressivité des commentaires – surtout dans les réseaux sociaux – dont nous faisons l’objet systématiquement à chaque fois que nous exprimons un point de vue personnel qui s’oppose à la beaufitude ambiante la pensée dominante véhiculée dans les réseaux sociaux par tout un essaim de baltringues.

Blogosphère  / Réseaux sociaux 

Commentaires

Ouh là ! ça faisait une éternité que je n’avais pas lu un billet de blog… J’ai été effectivement très étonné de voir la date récente de ce billet. D’habitude, je m’attends à ce que le contenu date de 2005 plutôt que de 2019. Bon courage ! C’est un bel acte de résistance que de continuer ici !

@Toutflou

Merci.

Bonjour.

Je ne viens de lire ce billet qu’aujourd’hui. La vraie vie m’ayant accaparé durant deux semaines.

Ce constat est aussi le mien. Je ne consulte presque plus de blogs depuis quelques mois.

Pour reprendre le blogueur dont il faut taire le nom, « on va tous mourir ».

Mon blog va fêter ses 14 ans en septembre. Je vais essayer de le pousser jusqu’à son 15e anniversaire. Et ce sera sûrement la fin de la route pour lui.

La haine et l’inculture croissante qui s’expriment me donnent envie de tout plaquer. C’est pour cela que j’ai décidé de faire un gros doigt d’honneur au monde du logiciel libre, du moins en tant que contributeur compulsif :)

J’ai dit tout ce que j’avais à dire en ce qui concerne la délinquescence du monde libre à partir du début des années 2010.

À d’autres personnes de se casser les dents pour essayer de faire passer le message.

@Fred

J’ai arrêté d’utiliser Linux sur ma station le 5 janvier 2010. J’ai fait un apt-get install Windows7.

Etant de nature plutôt discret, je n’ai jamais eu de blog. Mais j’aime encore en consulter, comme celui-ci entre autres. J’ajouterai d’autres problématiques :

Le manque d’attrait pour la lecture en ligne : déjà que les gens lisent de moins en moins. Alors la lecture en ligne, qui plus est sur un petit écran de smartphone, n’en parlons même pas. D’où l’attrait pour les messages courts sur un format standard épuré, et les vidéos.

La pensée instantanée : l’explosion des médias pose de sérieux problèmes de concentration intellectuelle. Des études montrent que les jeunes, abreuvés de culture zapping, n’arrivent plus à se concentrer en classe. J’ignore le nombre de lignes moyen à partir duquel un lecteur lambda décroche. Mais ça ne doit pas aller très loin, et encore moins à l’écriture. C’est aussi valable pour les journaux traditionnels.

La culture victimaire : aux USA ils appellent ça les « cry babies », offensés par à peu près tout ce qui montre une certaine indépendance d’esprit. Mais ça rejoint un peu votre dernier point. A la longue c’est épuisant. D’où l’uniformisation des esprits et les lamentations des vrais auteurs.

@Chris

Je tâche d’écrire des billets assez courts.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)