Virtualisation : l’été des grandes manœuvres

L’explosion simultanée des marchés de la location de serveurs dédiés et la massification de la diffusion de la virtualisation est en train de bouleverser le paysage informatique. Il préfigure celui de demain. Selon IDC, en 2007, les solutions de virtualisation s’exécutaient sur 35% des nouveaux serveurs. Elles devraient atteindre 58% du nouveau parc installé en 2008.

Des grands acteurs omniprésents… et Red Hat qui s’y colle !

Après le rachat de Xen par Citrix, de VirtualBox par Sun, de ThinInstall par Vmware, c’est au tour de Red Hat, l’éditeur de solutions Linux, de se lancer dans le secteur de la virtualisation. Lancé en novembre 2007, l’éditeur au chapeau rouge a annoncé au mois de juin 2008 la disponibilité d’un nouvel hyperviseur, oVirt, et d’un outil d’administration centralisée en mode Web. oVirt s’appuie directement sur les fonctions KVM intégrées au noyau Linux. Articulée autour d’une Fedora 9 ne pesant que 60 Mo, l’un de ses points forts est de gérer 6 hyperviseurs différents : KVM, Xen, Qemu, OpenVZ, Linux Containers et Solaris LDoms. Prenant en charge, Ldap et Kerberos, l’autre point fort est de s’intégrer parfaitement à Active Directory. On l’aura compris, l’objectif – très ambitieux – de Red Hat est de concurrencer Vmware ESX Infrastructure. oVirt est gratuit !!!

La réponse de Microsoft

La firme de Redmond, consciente de son retard dans le domaine de l’offre d’hyperviseurs, n’est pas reste. Les accords de partenariat signés entre Novell et Microsoft permettent à l’éditeur de solutions Linux d’associer à la distribution Suse un Xen prenant en charge Windows 2003 et 2008 Server.

C’est le jour de l’annonce de la retraite de Bill Gates que Microsoft a officialisé la disponibilité de son premier hyperviseur, Hyper-V. La première limitation du produit est clairement l’absence de support sur les principales distributions Linux à l’exception de Novell. La seconde concerne le fait que Hyper-V ne sera pris en charge que sur les plates-formes 64 bits. Conscient de son retard dans ce domaine, l’éditeur a décidé d’assouplir sa politique de licence en autorisant la réaffectation, sans limite, des licences des applications existantes sur des plates-formes virtualisées. Microsoft annonce la gratuité de son hyperviseur, espérant concurrencer ses principaux rivaux dans un marché où il est très peu présent.

Et les autres ?

Sun annonce la disponibilité de la version 2.0 de VirtualBox qui reprend les images des machines virtuelles Vmware. Son installation en mode brige sous Linux requiert beaucoup d’expertise. En parallèle, l’éditeur vient de mettre en place un nouvel hyperviseur avec xVM Server. Ces deux solutions sont payantes. BMC, l’éditeur de solutions de supervision, vient d’annoncer une suite complète visant la prise en charge de la plupart des solutions de virtualisation. Citrix vient d’annoncer de son côté la disponibilité de la version 5 de XenApp.

Quant à Vmware, le leader du marché, il annonce, pour 2009, un nouveau produit, VDOS, Virtual DataCenter OS, visant à la prise en charge complète de toutes les ressources d’un salle blanche. La solution s’appuie sur Vmware ESX Infrastructure.

Crédit photo : blog Rmi

Virtualisation  / Hyper-V Kvm Microsoft Red Hat Sun Virtualisation Vmware 

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)