DevOps : oui, mais, il y a la réalité !

DevOps : oui, mais, il y a la réalité !Le terme DevOps aurait été inventé par un belge, une fois, quelque part entre 2007 et 2009. Pour rappel, 2008, c’est l’arrivée de LXC qui donnera  son ersatz Docker en 2013. Et, 2009, c’est l’arrivée de Node.js et de MongoDB. 10 années plus tard, c’est quoi la réalité ?

Pour ce qui me concerne, je n’ai pas encore vu l’esquisse d’un bout de morceau de Docker et de Node.js en production dans les infrastructures des entreprises utilisatrices. Ce doit être un tropisme lié à mon activité, voire à mon âge avancé. ;+) Le DevOps pensait sans doute s’affranchir de la tutelle des SysAdmins. Et j’ai comme la sensation que les SysAdmins ont fait de la résistance, au point d’ailleurs d’absorber désormais l’exploitation des bases de données du fait de la généralisation de la mise en œuvre des infrastructures de virtualisation.  Quel peut-être l’intérêt d’enfermer une base de données dans un conteneur ? Comment voulez-vous, par ailleurs, que les SysAdmins soient enclins à déployer des solutions instables en mode rolling release, qui leur posent des problèmes à maintenir et à exploiter ?

A part MongoDB que les entreprises remplacent par PostgreSQL pour des questions de licence, ces technos issues du mouvement DevOps se sont d’elles-mêmes restreintes au processus de développement, les faisant passer parfois pour l’œuvre de savants hurluberlus ou de bidouilleurs impénitents. Deux mondes semblent désormais fonctionner en parallèle l’un de l’autre. Il y aurait donc d’un côté les apprentis-sorciers – les DevOps – et les moldus – nous – de l’autre. ;+)

Pour rappel, le PHP, c’est aujourd’hui 80% des serveurs Web. WordPress, c’est plus d’un tiers des contenus présents sur Internet. Pour les bases de données, le relationnel représente 80% des bases de données utilisées. Libre à chacun de nous raconter de belles histoires sur une réalité qui n’est juste que la sienne ! Je parle ici de la mienne.

Infrastructure  / DevOps