Le tableur a 40 ans !

Le tableur a 40 ans !Au mois de juin, nous fêterons les 40 ans du tableur. C’est en 1979 que Visicalc révolutionne la micro-informatique, amenant le monde de l’entreprise à s’équiper à l’époque en micro-ordinateurs Apple II. Les PC sous système MSDOS ne tarderont pas à suivre. A la fac, je vais utiliser un tableur pour la 1ère fois en 1984. Multiplan, puisqu’il s’agit de lui, avait été lancé dès 1982 par Microsoft. Je me souviens avoir donné de nombreuses formations aux cadres du Crédit Lyonnais chez Anima Formation sur ce logiciel de 1989 à 1993. Et puis, la concurrence de Lotus 123, sur lequel j’ai également beaucoup formé, et l’arrivée de Excel sous Windows eurent raison de Multiplan, qui disposait déjà de la possibilité de créer des macros. A Saint-Pierre Informatique, association d’éducation populaire que j’ai présidée durant de nombreuses années de 1986 jusqu’en 2008 avec Eric Marie, Ariel nous avait équipé en Quattro Pro, sorti en 1988, un tableur made in Borland.

L’offre de tableurs, aujourd’hui

Avec Excel et Office 365, Microsoft est aujourd’hui en situation quasi-monopolistique, malgré la concurrence de Google Sheets, des logiciels libres LibreOffice Calc et OnlyOffice. Les dernières versions de Gnumeric ne sont, hélas, plus portées sur Windows. Ce logiciel, comme tant d’autres, devrait mourir de sa belle mort, faute d’intérêt de plus en plus évident de la part des développeurs pour le client lourd.

De la dérive dans l’utilisation des tableurs

Si les cadres et les directions ont, dès le début des années 80, vu le tableur comme un moyen de s’affranchir de la tutelle d’informaticiens des mainframes conscients de leur pouvoir, les années 90 et 2000 ont été marquées par une dérive faisant que le cadre s’est dispersé sur la création de tableaux de bord chronophages, souvent faux et inutiles. Avec le développement des bases de données, du cloud et du big data, les outils décisionnels sont en train de s’imposer, reléguant le tableur à un outil de l’ancien monde dédié à des cadres en mal d’occupations ! Dans un monde hyper-concurrentiel, les entreprises ne peuvent plus se permettre de déverser des dizaines de milliers d’euros en salaires à des personnels dont l’activité principale est de plagier ce qu’un système d’information est en capacité de produire instantanément.

Bref, le tableur ne nous sert plus à rien ou presque et c’est pour ça qu’il nous est indispensable  ! ;+)

Rétrospective  / Micro-informatique 

Commentaires

J’ai à peu près le même vécu que toi et j’en tire à peu près les mêmes conclusions.

1. Je passe des heures à persuader mes collègues de ne plus utiliser Excel pour certains trucs. Il m’arrive même de reprendre la main temporairement sous un prétexte fallacieux (genre : tiens, j’ai un peu de temps, je vais te soulager sur ce dossier) pour refaire le travail entièrement sans Excel pour produire un travail plus propre, plus compréhensible sous PowerPoint (j’ai d’ailleurs le même problème avec PowerPoint souvent utilisé à contre-courant). Ils étaient bluffés.

L’autre jour, la responsable du pôle où je bosse (on est 4… et très proches) n’arrêtait pas de me demander des extractions Excel (CSV, en fait) de l’extranet que nous utilisons pour gérer la construction des budgets. Du coup, j’ai refusé pour lui montrer comme l’extranet en question était conçu pour faire ce qu’elle voulait faire dans Excel.

2. En tant que responsable de la maîtrise d’ouvrage du secteur, je reçois un tas de demande des clients (des DSI des banques) ou d’autres services qui veulent des XLS avec un tas de trucs et, presque à chaque fois, quand j’analyse leurs besoins, je trouve une meilleure solution, beaucoup plus facile à mettre en oeuvre et, pour eux, à utiliser.

@Nicolas

C’est très clair. Et pas mieux ! ;+)

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)