Trois vœux pour 2019 aux informaticiens de France et de Navarre

Trois vœux pour 2019 aux informaticiens de France et de NavarreJ’ai écouté hier soir notre Président. Il a fait trois vœux pour la France. Comme l’homme est un animal mimétique, j’ai décidé de le singer en vous souhaitant également trois vœux pour 2019. J’espère que je ne serais pas aussi ennuyeux que lui aura pu l’être !

Vœu  de transversalité et d’horizontalité

Je pense que le modèle hiérarchique est mort depuis bien longtemps déjà, quelque part à la fin des années 80. 30 années plus tard, nous continuons de nous organiser en verticalisant et en cloisonnant nos activités, au prétexte d’une efficacité supposée d’un modèle dit de la fabrique en pleine décomposition. L’autorité ne naît plus de la position dans la hiérarchie. Elle naît de la compétence et/ou du charisme des individus. Il est urgent de revendiquer haut et fort à vous mêler enfin de ce qui ne vous regarde pas, pour que les cadres trouvent enfin des réponses adaptées aux problèmes posés.

Vœu de compétences

Ces 5 dernières années dans la formation professionnelle m’ont permis d’évaluer à quel point, le nez dans le guidon, vous perdez chaque année en compétences. Le monde Windows tel que nous l’avons connu depuis 20 ans est en train de disparaître. L’ère d’une compétence construite à l’aide du clic droit est révolue. Microsoft a compris que les entreprises cherchaient à se débarrasser de leur informatique et accessoirement de leurs « informaticiens »  ;  ce ne serait pas leur métier. Le souci est que le développement du SAAS, du Cloud s’est fait en grande partie à cause d’informaticiens vite dépassés, à cours de solutions. Le logiciel libre et Linux sont aujourd’hui un véritable enjeu de reconquête. J’espère que vous en serez le fer de lance.

Vœu de professionnalisation

La fin de l’année 2018 ne s’est pas achevée sur une très bonne note sur le plan professionnel. Nos jeunes – et aussi nos moins jeunes – sont à la dérive, à se lobotomiser le cerveau sur les jeux vidéos idiots, à passer leur temps sur les mobiles et les réseaux sociaux. Je m’adresse à vous très directement : l’image que vous laissez est tout simplement pitoyable. Elle est caricaturale et ne contribue pas à ce que les informaticiens soient pris au sérieux. C’est, du fait de votre comportement, en grande partie que vous êtes payés à coup de lance-pierres. A moins que ce ne soit l’inverse ??? Je vous demande de comprendre ce qui est train de se passer, si vous en avez encore les moyens et si vous en exprimez la volonté.

Perspective  / Linux Logiciel libre