Trois vœux pour 2019 aux informaticiens de France et de Navarre

Trois vœux pour 2019 aux informaticiens de France et de NavarreJ’ai écouté hier soir notre Président. Il a fait trois vœux pour la France. Comme l’homme est un animal mimétique, j’ai décidé de le singer en vous souhaitant également trois vœux pour 2019. J’espère que je ne serais pas aussi ennuyeux que lui aura pu l’être !

Vœu  de transversalité et d’horizontalité

Je pense que le modèle hiérarchique est mort depuis bien longtemps déjà, quelque part à la fin des années 80. 30 années plus tard, nous continuons de nous organiser en verticalisant et en cloisonnant nos activités, au prétexte d’une efficacité supposée d’un modèle dit de la fabrique en pleine décomposition. L’autorité ne naît plus de la position dans la hiérarchie. Elle naît de la compétence et/ou du charisme des individus. Il est urgent de revendiquer haut et fort à vous mêler enfin de ce qui ne vous regarde pas, pour que les cadres trouvent enfin des réponses adaptées aux problèmes posés.

Vœu de compétences

Ces 5 dernières années dans la formation professionnelle m’ont permis d’évaluer à quel point, le nez dans le guidon, vous perdez chaque année en compétences. Le monde Windows tel que nous l’avons connu depuis 20 ans est en train de disparaître. L’ère d’une compétence construite à l’aide du clic droit est révolue. Microsoft a compris que les entreprises cherchaient à se débarrasser de leur informatique et accessoirement de leurs « informaticiens »  ;  ce ne serait pas leur métier. Le souci est que le développement du SAAS, du Cloud s’est fait en grande partie à cause d’informaticiens vite dépassés, à cours de solutions. Le logiciel libre et Linux sont aujourd’hui un véritable enjeu de reconquête. J’espère que vous en serez le fer de lance.

Vœu de professionnalisation

La fin de l’année 2018 ne s’est pas achevée sur une très bonne note sur le plan professionnel. Nos jeunes – et aussi nos moins jeunes – sont à la dérive, à se lobotomiser le cerveau sur les jeux vidéos idiots, à passer leur temps sur les mobiles et les réseaux sociaux. Je m’adresse à vous très directement : l’image que vous laissez est tout simplement pitoyable. Elle est caricaturale et ne contribue pas à ce que les informaticiens soient pris au sérieux. C’est, du fait de votre comportement, en grande partie que vous êtes payés à coup de lance-pierres. A moins que ce ne soit l’inverse ??? Je vous demande de comprendre ce qui est train de se passer, si vous en avez encore les moyens et si vous en exprimez la volonté.

Perspective  / Linux Logiciel libre 

Commentaires

Le problème c’est qu’on n’est pas vraiment dans la caricature pour le jeune mais plutôt dans dans le standard. La génération montante ne va pas faciliter la tâche, le travail ne les intéresse pas, ni la culture, ils ne sont intéressés que par la société des loisirs et de la consommation.

En ce qui concerne le sérieux des entreprises, je suis en train de manger mon pain noir pour ne pas réussir à trouver des gens qui répondent, qui font des devis. Ils doivent trop bien gagner leur vie.

@Cyrille

Je sais hélas pour m’y être encore frotté récemment que nous avons affaire à des post-adolescents attardés.

Tu as tout résumé, en parlant de cette société consumériste. Les jeunes n’en sont que le reflet. Et une bonne année à toi !

Bonjour et meilleurs vœux pour cette nouvelle année.
Je me permets un commentaire, car je suis un lecteur assidu de vos écrits (Denis et Cyrille) et à chaque lecture j’ai l’impression de revivre mon quotidien.
Plongé dans l’infrastructure depuis plus de 25 ans, je suis gérant d’une société de services ou j’emploie des techniciens qui, pour une majorité, me suivent depuis 15 ans. J’ai surtout la chance de faire de ma passion de toujours mon métier.
Vos trois vœux s’exauceront je l’espère, car je prêche depuis des années auprès de mes techniciens pour « qu’ils se mêlent enfin de ce qui ne les regarde pas », qu’ils s’ouvrent sur le logiciel libre et le plus difficile qu’ils voient leur métier comme une véritable passion, une source de curiosité et de dépassement de soi et non pas comme ils le disent, un « taf ». Nous avons là un vrai changement d’attitude face au travail. Il n’est plus (et en majorité pour mes salariés) la source d’épanouissement qu’il est pour beaucoup de passionnés dont je fais partie.
Certains diront qu’il s’agit d’un problème de salaire : nous payons plus de 30% au-dessus des grilles, je n’ai pas attendu M. Macron pour donner des primes de fin d’année conséquentes et l’ensemble des heures supplémentaires est payé.
Je travaille aujourd’hui avec de grands adolescents de plus de 30 ans, experts en réseaux sociaux et qui planifient leur week-end à partir du lundi.
Même la formation devient problématique, je suis quasiment obligé de me fâcher pour que mes gars fassent l’effort de se former ou bien seulement lire un article dans son intégralité.

Je vais arrêter de parler comme un vieux con. Mes gars sont indispensables à la bonne marche de mon entreprise et le travail est fait. Mais je sais que l’on pourrait faire mieux, plus élégant, plus innovateur, mais pour cela il faudrait non pas une évolution, mais une révolution de la mentalité face à LEUR métier.
Merci encore pour vos écrits. Continuez !

@Pascal

Ça fait du bien de lire ça en ce jour de l’an. On se sent moins seul. Bonne année !

Bonne Année à Tous! meilleurs voeux de continuation pour ce site! une mine d’information sur des sujets comme la protection des données.

@Alex

Merci Alex.

Bonjour,
Je fait partis de c’est « jeune » et tiens à mettre mon avis sur ces « Vœux de Professionnalisation ».
Notre « dérive » n’est pas que de notre propre fait. Je trouve simplement qu’il y a certainement un manque d’encouragement à la progression. Combien de fois j’ai pu entendre que l’on ne pourrais pas trouvé de travail, que l’on travaillé pour rien car de toute manière on seras mal rémunérer et sans retraite.

Même en gardant la motivation de vouloir innové et de continué à s’améliorer et à découvrir combien de témoignage ai je entendu de personne freiner dans leur démarche de modernisation car « ça fonctionne bien tel quel » et que de toute manière on est le petit jeunes et que par conséquent on est pas pris au sérieux.

Bien sûr qu’il y en a qui décroche est reste sur ses acquis mais comme toute critique on préfère mettre l’accent sur celui qui fait mal les chose plutôt que de félicité celui qui fait bien. Cela participe selon moi à créer une boucle infernal conduisant a la médiocrité et à une mauvaise image de cette jeunesse. Car c’est bien ce qui la pointe du doigt qui participe le plus à donnée la mauvaise images.

Après les jeux vidéo « débile » comme tu aime si souvent les appelé ne sont pas forcément un mal à titre de divertissement de manière occasionnelle au même titre que d’autre activité, tout abus est nocif.

Mettons donc un peu d’eau dans son vin et essayons d’encouragé l’innovation et à redonner l’envie de découvrir les choses.

Je vous souhaites à tous, tout de même, une très bonne années :D

@kevin

Je ne suis pas en désaccord avec ce que tu dis sur la motivation. On ne peut pas, je crois, faire abstraction de l’existant et de la réalité en entreprise. C’est aussi un des travers du monde virtuel que de croire à notre capacité de le changer instantanément, comme dans les jeux vidéos.

Bonne année, Kevin.

Ah je n’est pas dis que l’on pouvais tous changé de manière instantané.
Mais quand je vois dans plusieurs endroits avec des serveur en Windows 2008 voir 2003 avec comme seul service un AD je ne peux m’empêcher de pensé que l’on se doit de faire quelque chose.
Il en va de même avec les pare-feu passoire, tu doit voir de quoi je parle… (mais bon ça marche 🤣)
Puis personnellement je ne suis pas trop jeu vidéo mais je comprend que ça peut être un passe temps comme un autre. Au même titre qu’une bonne partie de billard ^^

> Il est urgent de revendiquer haut et fort à vous mêler enfin de ce qui ne vous regarde pas,

Je fais partie de ces personnes qui ne s’exprime que quand on leur donne la parole, et sinon en général je ferme ma gueule quand bien même j’ai une meilleure idée. Je suis introverti, mais je travaille dessus. :)

> Microsoft a compris que les entreprises cherchaient à se débarrasser de leur informatique et accessoirement de leurs « informaticiens » ; ce ne serait pas leur métier. Le

Tout à fait. La tendance est maintenant au «tout en cloud». dans ce nouveau paradigme plus besoin d’informaticiens en local il suffit d’avoir des prestataires. Et quand c’est en panne on prend son mal en patience, un peu quand Windows décide d’installer ses mises à jour.

> J’espère que vous en serez le fer de lance.

Pour ma part j’ai arrêté d’essayer. Quand une personne sans aucune expérience dans la maintenance informatique et la gestion de réseau dit que Facebook et Google sont l’avenir, qu’elle gueule plus fort et qu’elle a plus de crédibilité que toi qui as quand même un titre de responsable informatique alors c’est que c’est vraiment foutu.

Je souhaite que tous ces vœux se réalisent  mais je suis plutôt pessimiste.

@Djan

Je le suis aussi !

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)