Microsoft Office toujours et encore !

Comme beaucoup d’acteurs de l’informatique, je pensais, avec l’arrivée de OpenOffice, de LibreOffice, puis de Google Apps, que la suite bureautique Microsoft Office n’avait plus de réel avenir. Il est tout de même étonnant de constater les raisons de l’entêtement des DSI des grands groupes, des collectivités et de l’État français à vider leurs poches pour payer un droit à utiliser une suite logicielle bureautique !!!

Les raisons d’une « réussite » commerciale ?

Il y a, de mon point de vue, cinq raisons à ce que les entreprises aiment à se faire « racketter ». La 1re est historique. C’est l‘incapacité des DSI et des DRH à conduire le changement, selon le principe qui veut qu’on ne change pas une équipe qui gagne.  Pour ces mercenaires d’un nouveau genre empreints de beaufitude, le choix de l’Open Source serait même devenu un risque, soucieux qu’ils sont de construire une carrière sans embûche !

La 2e, ce serait la qualité des logiciels de la suite bureautique de la firme de Redmond. Ils seraient plus vifs, plus riches et mieux pensés sur le plan fonctionnel. LibreOffice ou OpenOffice ne sont pas les seuls logiciels à pouvoir concurrencer Word et Excel.  L’Open Source dispose de solutions véloces – et suffisamment fonctionnels pour l’usage qui en est fait – comme Abiword ou Gnumeric !

Le choix du logiciel propriétaire est un cimetière en devenir !La 3e qui me semble de loin la plus importante et qui rejoint la 1re, c’est que dépenser, c’est exister. Que serait une DSI sans ces centaines de milliers d’euros consacrées aux licences ? Que serait une DRH sans présenter des dépenses destinées à la mise à jour des compétences ? Le responsable d’un centre de formation m’expliquait hier qu’il avait vendu 500 jours de formation pour une entreprise de 3300 salariés pour le passage de Office 2003 à Office 2010 ! N’y a-t-il rien d’autre à faire que de brûler ces budgets pour autant d’insignifiance ?  Nos problèmes de compétitivité proviennent aujourd’hui en grande partie de l’inadaptation des budgets consacrés à la formation professionnelle.

La 4e raison, c’est la défiance toujours vivace exprimée par la plupart des directions informatique qui considèrent les solutions Open Source moins fiables que les produits commerciaux. C’est évidemment totalement faux. Prenons un exemple. Au cours de l’année 2012, Microsoft Office a fait l’objet de 7 alertes de sécurité selon le CERTA, là où LibreOffice n’en a connues que 4 !!! Il faudrait aussi parler des délais moyens d’apparition des correctifs.

La 5e raison tient aux applications utilisées par les entreprises. La plupart d’entre elles proposent des liens dynamiques au travers de macros réservées aux seuls logiciels de la suite Microsoft. Les éditeurs continuent de reproduire là un modèle né dans les années 90 et qui est en train de voler en éclat. Leur absence d’ouverture et d’imagination ne leur laisse pas d’autre alternative que de mourir à petit feu.

Le choix du logiciel propriétaire est un cimetière en devenir !

Perspective  / Abiword Certa Gnumeric LibreOffice Microsoft Office Open Source OpenOffice