DGSI : notre souveraineté lâchée à la NSA et aux algorithmes allemands !

DGSI : notre souveraineté lâchée à la NSA et aux algorithmes allemands !C’est au grand jour que nous avons appris que la DGSI allait confier l’exploitation des données collectées par le renseignement français à Palantir. Pour rappel, Palantir est une société américaine tenue de respecter la loi américaine et l’amendement de 2008 à la loi FISA, qui permet à la NSA de collecter des données d’étrangers agissant à l’étranger !

Derrière l’Amérique, l’Allemagne, en réalité !

La société Palantir, financée directement par la CIA, utilise aujourd’hui les algorithmes de la société allemande SAP depuis 2011. J’avais évoqué, dans un article récent, la grande proximité entre SAP, le BND (renseignement allemand) et la NSA.

Il y a deux questions que nous devons nous poser. En sommes-nous arrivés à un tel état de décrépitude que nous ne soyons même plus capables de traiter des téra-octets de données ? Le fait de confier nos données personnelles aux algorithmes allemands n’induit-il pas, hélas, un transfert total ou partiel d’informations stratégiques à l’Allemagne ? Or, comme disait mon ancien professeur de mathématiques, se poser la question, c’est, en partie, déjà y répondre !

Nos « élites »

J’aimerais bien connaître les andouilles à l’origine d’une telle décision, qui, à coup sûr, induit une nouvelle perte de souveraineté numérique pour notre pays. Après la réintégration de la France dans le commandement intégré de l’OTAN décidé sous Nicolas Sarkozy en 2009, nos politiciens français semblent avoir augmenté leur temps de cerveau disponible. Je vous incite vivement à lire l’article récent que j’avais consacré à la grande intelligence de nos élites françaises !

Perspective  / CIA DGSI NSA Palantir Renseignement intérieur français SAP Souveraineté Souveraineté numérique 

Commentaires

Denis,

Réveille-toi, depuis des lustres, nos édiles vendent à tous vents les pans entier de nos industries et technologies. A ce prix là, autant nous rattacher à l’Allemagne ou aux EU directement. Nous serons bouffer sur la table comme un vulgaire sanglier qui ne peut plus se défendre sans l’aide de personne.

Je ne parle pas non plus des armes de points pour l’armée acheter à une puissance etrangère(RFA). Dans l’Histoire, tout n’est que répétition, avant 1939, nos industriels vendaient aux Nazis des canons et des moteurs, qui nous ont tant manqués en 1940. Pas la peine de chercher plus loin, les profits d’abord, la réflexion ensuite. Encore, s’il elle existe chez nos élus et chefs d’entreprise…

Olivier

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)