Cette capacité à s’émerveiller qui manque cruellement…

Cette capacité à s'émerveiller qui manque cruellement...Olivier, mon ancien associé, considérait que l’évolution technique n’allait pas assez vite. Il ne comprenait pas pourquoi je continuais à m’émerveiller.

Comprenez-moi… Je suis né en 1964. Le 1er micro-ordinateur que j’ai utilisé, c’était en 1984. J’ai d’ailleurs failli faire partie des laissez-pour-compte de la révolution informatique et numérique. Et puis, tout est allé très vite : les micro-ordinateurs, les PC portables, puis les Raspberry ; les écrans CGA, VGA, SVGA, etc ; les imprimantes matricielles, les jets d’encre et les lasers ; les disquettes 5 1/4, 3 1/2, puis les disques durs et les SSD ; les lecteurs CD, puis les DVD et les Blu-Ray ; les modems et les BBS, puis l’ADSL ; le BNC 10 Mbits, puis le RJ45 passant de 10 Mbits à 10 Gbits et la fibre optique ; le téléphone mobile, le smartphone, puis la tablette ; DOS, Windows, Mac OS X, OS/2, Linux ; l’USB, le NAS, les baies de stockage et le SAN. Ça, c’est pour le matériel et les systèmes !

La loi de Moore a permis la révolution logicielle : le traitement de texte et le tableur ; les bases de données relationnelles ; la retouche d’images, la PAO, la DAO, le montage vidéo et audio ; les langages objet ; l’émulation et la virtualisation ; Internet et le navigateur, la messagerie et le chiffrement ; Emule et Torrent ; le blogging et les réseaux sociaux ; le SaaS et l’ERP. J’en oublie. Là-encore, tout est allé vite. Peut-être même trop vite pour que tout le monde absorbe cette évolution… cette révolution.

Hier soir, je parlais à Frédéric au téléphone et nous évoquions les problèmes que nous rencontrions depuis 3-4 ans environ, face à des publics de plus en plus gazeux et éthérés. Et c’est un euphémisme. Nous avons parlé de nos différences avec cette génération que nous ne comprenions plus et qui ne semblent plus nous comprendre aussi. Et puis, Frédéric a mis des mots sur notre hiatus générationnel : la capacité à s’émerveiller qui, pour nous, est resté intacte. Nous mesurons la chance que nous avons de vivre à notre époque, au cœur de la révolution numérique. J’en ai été un pionnier. J’en reste aujourd’hui un acteur.

Perspective  / Loi de Moore