Les milliards engloutis par les collectivités territoriales et les hôpitaux publics

A l’occasion d’une discussion avec un salarié d’une grande métropole française, j’ai appris que la collectivité avait dépensé 5 millions d’euros sur 8 an pour l’utilisation d’un logiciel de facturation des consommations d’eau de 150000 abonnés. La maintenance mensuelle payée pour ce logiciel est de 50000 euros. Clairement, rien ne justifie de dépenser de telles sommes dans un logiciel de ce type pour une collectivité ! Transposé aux 28 millions de foyers français, le coût supporté par les collectivités serait de près de 950 millions pour la facturation d’eau.

Les milliards engloutis par les collectivités territoriales et les hôpitaux publicsJ’ai, il y a quelques années, travaillé pour une SSII – une Entreprise de Services Numérique dans la NovLangue – qui vendait un logiciel de gestion du dossier patient pour les hôpitaux publics. La manière dont il fonctionnait cachait assez mal l’amateurisme technique de ses concepteurs. Contraints de le porter sur un moteur de bases de données sans refonte préalable, le ratio mémoire consommée sur volume des données dépassait en production les 100%, du fait d’un schéma relationnel inexistant, de la mauvaise utilisation des index et de la multiplicité des plans d’exécution.

Je ne comprends pas les responsables de nos collectivités territoriales et de nos hôpitaux publics qui engouffrent des milliards d’euros d’impôts et de cotisations dans des logiciels qu’ils pourraient contribuer à développer sur le mode de projets Open Source ! J’ai peur que, derrière cette volonté farouche de ne pas ré-internaliser les développements par la constitution de GIE, se cachent des problématiques de corruption, de prises illégales d’intérêts, de népotisme, d’enrichissement personnel. A moins qu’il ne s’agisse de bêtise tout simplement… Pour cette génération de décideurs, le pouvoir se mesure encore aux millions d’euros qu’ils dépensent dans leurs budgets, tout en réduisant les dépenses de personnel.

Informatique  / Collectivités territoriales Hôpitaux publics Open Source 

Commentaires

Bonjour,
On a pris l’habitude maintenant, hélas… souviens toi d’Office MS dans l’éducation nationale au lieu de libre/open office payer la peau des fesses…
Corruption et…………bêtise

Bonjour,
On retrouve le même schéma dans le privé, à une échelle moindre évidemment.
Professions libérales, médicales, indépendants, agriculteurs.
Des SGBD souvent hors-d’âge, à peine relookées, aux coûts de maintenance et de mises à jour délirants, mais contractuellement obligatoires.
Le tout avec la bénédiction des chambres consulaires.
Petits cadeaux et gueuletons offerts pour faire passer la douloureuse.

Comment croire qu’au bout de 30 ans d’informatisation chez les professionnels on en soit encore là ?

@patator

Tout à fait d’accord sur les chambres consulaires qui font perdre en compétitivité des très nombreuses PME, artisans et agriculteurs.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)