La fraîcheur comparée de Fedora 17, Ubuntu Desktop 12.04 et openSUSE 12.1

L'évolution prise par les deux éditeurs des principales distributions Linux conçues pour le poste de travail n'est pas franchement pour nous rassurer. Les développeurs de la Fedora et d'openSUSE (addendum au 18/7/2012) ont fait l'étonnant choix de s'affranchir du fonctionnement traditionnel des services, en nous flanquant un nouveau système au doux nom de Systemd. Ca ne s'invente pas ! Pour qui... pour quoi... Nous n'en saurons sans doute jamais rien. Quant à Ubuntu, vous aurez beaucoup de mal à vous débarrasser de son interface Unity pour revenir à l'interface classique de Gnome. L'interaction entre le lancement de l'interface graphique à partir de Grub2 - en version beta ??? - est tout simplement invraisemblable. Les développeurs de la Ubuntu sont, en revanche, restés classiques quant à la gestion des services, configurables très simplement avec sysv-rc-conf. Du côté de chez Novell, openSUSE est restée étonnamment constante et reposante en comparaison de ses deux frangines, du fait de son remarquable outil de configuration, YaST ! La gestion des paquets avec zypper fonctionne de la même façon que yum, présent sur Fedora, CentOS et Red Hat. Le seul défaut - relatif - de cette distribution est de disposer de paquets un peu moins frais que la Ubuntu et la Fedora.

La fraîcheur des paquets sous Fedora, Ubuntu et openSUSE

Fedora semble la plus réactive des trois distributions. Elle m'est paru également la plus stable, n'ayant eu aucun plantage tout au long de la période de test. En termes de consommation mémoire, c'est openSUSE qui arrive en tête avec 23688 Ko de mémoire, devant Fedora avec 36240 et Ubuntu - bonne dernière - avec 42532. Ces mesures ont été faites avec la commande cat /proc/meminfo, après un lancement en mode texte et après minimisation des services au niveau des 3 distributions.
Fedora 17 Ubuntu 12.04 openSUSE 12.1
Open Source
Kernel 3.4.4 3.2.0 3.1.10
Cups 1.5.2 1.5.3 1.5.0
Gnome 3.4 3.0 3.2
LibreOffice 3.5.4 3.5.3 3.4.5
Scribus 1.4.1 1.4.0 1.4.1
Gimp 2.8.0 2.6.12 2.6.11
Vlc 2.0.2 2.0.1 2.0.2
Firefox 13.0.1 13.0.1 13.0.0
Thunderbird 13.0.1 13.0.1 13.0.0
Evolution 3.4.3 3.2.3 3.2.3
Abiword 2.8.6 2.9.2 2.8.6
Gnumeric 1.11.4 1.10.17 1.10.17
Php 5.4.4 5.3.10 5.3.8
MySQL 5.5.25 5.5.22 5.5.25
Apache 2.2.22 2.2.22 2.2.21
Squid 3.2.0 3.1.19 2.7.9
Propriétaire   
Adobe Flash 11.2 11.2 11.2
Adobe Reader 9.4.2 9.5.1 9.4.2

Dsfc Dsfc

La fraîcheur comparée de Fedora 17, Ubuntu Desktop 12.04 et openSUSE 12.1
6 votes, 3.00 avg. rating (64% score)
Tags : , , , , , , , , , , , ,
Commentaires

>Quant à Ubuntu,vous aurez beaucoup de mal à vous >débarrasser de son interface Unity pour revenir à >l’interface classique de Gnome.

apt-get install gnome-shell ,on redémarre le pc en choisissant Gnome comme interface.
Et le tour est joué. ;)

Euh franchement, votre réflexion ras-des-pâquerettes sur systemd me semble pour le moins dispensable. Lisez donc un peu le blog de Poettering, travaillez quelques heures avec une fedora (notamment avec le nouveau system remplaçant le chroot, ou encore le systemd-blame) et vous comprendrez très certainement « pour qui » et « pour quoi ».
http://0pointer.de/blog/projects/systemd-for-admins-1.html
En ce qui me concerne, j’ai eu un peu de mal à la transition lorsque le bash-completion n’avait pas encore été mis à jour. Depuis Fedora 17, la commande « service » ayant été pleinement intégrée dans systemctl et la complétion nettement mieux prise en charge, c’est devenu particulièrement facile et puissant.

(Et au passage : juger de la « fraîcheur » d’une distribution par les logiciels non-Libres et non officiellement pris en charge… C’est, comment dire, une démarche originale.)

@mydjey

En mode terminal une fois l’interface lancée :

gsettings set org.gnome.desktop.session session-name ‘gnome-fallback’

Sous Fedora : dconf-editor !

@vvillenave

J’ai encore le droit d’avoir un avis sur une technologie qui n’est utilisée que dans la Fedora !!! Ce que je conteste, c’est un choix « marginal » dont on ne sait d’ailleurs pas s’il sera maintenu dans le temps.

J’ai trouvé très intéressante la commande systemd-analyze blame et les temps de chargement des services. Tout ne peut pas être mauvais. ;+)

NB Je trouve intéressant d’évaluer la fraîcheur des paquets propriétaires et notamment le plugin Flash extrêmement utilisé. What else ?

De toute manière, tout ceux qui suivent linuxfr savent bien que tu es pro suse et complètement non objectif. Ce billet est exactement dans la même veine. Je passe mon chemin -> []

@Sytoka

Sur les serveurs, je travaille sur Red Hat, CentOS, SUSE, openSUSE, Ubuntu Server. J’ai abandonné Debian du fait de déboires liées à l’activation des backports, naguère. Je pense que je vais abandonner CentOS parce qu’elle ne permet pas de saut de version majeure. openSUSE et Ubuntu Server le permettent. Sur les nouveaux serveurs, nous avons choisi Ubuntu. Je n’ai jamais eu de chapelle !!! Pour les stations de travail, nous avons choisi openSUSE. Je pense que c’est largement justifié.

NB Quel est le problème avec openSUSE, au fait ?

« J’ai encore le droit d’avoir un avis sur une technologie qui n’est utilisée que dans la Fedora !!! Ce que je conteste, c’est un choix « marginal » dont on ne sait d’ailleurs pas s’il sera maintenu dans le temps. »

Ben non y’a Opensuse, Mandriva, Mageia et sûrement d’autre

@manu

Nous parlons bien de Systemd ?

> « J’ai encore le droit d’avoir un avis sur une technologie qui n’est utilisée que dans la Fedora !!! Ce que je conteste, c’est un choix « marginal » dont on ne sait d’ailleurs pas s’il sera maintenu dans le temps. »

systemd est disponible dans Fedora, openSUSE, Mageia, Arch, Debian, Angstrom,…

C’est le gestionnaire de services par défaut de Fedora uniquement à l’heure actuelle, mais dans leurs prochaines versions, openSUSE et Mageia au moins devraient l’utiliser par défaut.

Quand à la pérennité, vu le gros travail qui est effectué en ce moment pour arrondir les coins de systemd par des employés Red Hat (hors team systemd), il y a fort à parier que la future RHEL 7 (les rumeurs la disent basée sur Fedora 18) utilisera aussi systemd par défaut.

GNOME commence aussi de plus en plus à dépendre de trucs fournis par systemd (session management dans 3.4, inhibition du suspend/poweroff dans 3.6,…).

systemd n’est pas un choix marginal. C’est peut être un choix audacieux vis à vis de la relative jeunesse du projet, mais c’est finalement le choix qui s’impose, vu les efforts gigantesques de son équipe pour en faire non seulement un logiciel excellent, mais aussi pour gommer les différences inutiles entre les distributions.

Oh, et malgré tout ce qu’ils ont pu en dire, il semblerait que même Ubuntu soit en train d’adopter, si ce n’est tout systemd, au moins des composants de celui-ci :
https://blueprints.launchpad.net/ubuntu/+spec/foundations-q-session-management

(et pour notre distribution home-made au travail, on a aussi fait le choix de systemd :) )

Rah, les blogs de mecs qui ont une cultures des distribs Linux au ras des paquerettes mais qui veulent donner leur avis sur tout:
- sysv-rc-conf ne fonctionne sous Ubuntu que pour les services non migré vers upstart… PERDU…
- Comparer la fraicheur des paquets entre une Fedora 17 fraichement sortie et une Ubuntu LTS sortie il y’a 3 mois…

Du coup, je me dis que les mesures de mémoire ont été fait par quelqu’un qui, si ca se trouve, ne sais même pas lire le contenu de meminfo… Et surtout qui trouve cela plus l33t que de passer par free…

@bochecha

Oui, vous avez raison pour openSUSE. Je n’avais pas fait bien attention du fait que j’utilise YaST. Mea culpa ! Ca ne change rien de ce que je pense de Systemd. Mais je vais regarder davantage. Comme je l’ai déjà dit, j’ai beaucoup aimé la commande systemd-analyze blame sous Fedora !!! Ce qui m’exaspère, c’est l’absence d’unité du comportement des différentes distributions. Du coup, je vais peut-être y regarder à deux fois avant d’opter pour la openSUSE.

@Cédric

cat /proc/meminfo|grep « ^Active: » T’es pas obligé de venir troller !

@manu

Je bats ma coulpe.

La consommation mémoire en mode texte?
Ce n’a pas grand intérêt!

@Fred

Puisque vous le dites… C’est vrai qu’on utilise très peu le mode texte sous Linux ! ;+)

@Denis
> « Ce qui m’exaspère, c’est l’absence d’unité du comportement des différentes distributions. »

C’est justement l’un des points qu’essaient de régler une partie des dévs du « plumbing » de Linux : créer une espèce de « Core OS » minimal (tout ce qui est nécessaire pour booter et lancer le userspace) que toutes les distribs adopteraient afin de supprimer toutes ces différences inutiles et ces réimplémentations différentes de la même chose.

L’équipe de systemd est à fond la dedans.

Ci-dessous quelques-unes des nombreuses réferences sur le sujet, histoire de s’ouvrir l’appétit :
https://plus.google.com/111049168280159033135/posts/V2t57Efkf1s
https://lwn.net/Articles/494095/
http://0pointer.de/blog/projects/on-etc-sysinit.html
http://freedesktop.org/wiki/Software/systemd/MinimalBuilds
https://lwn.net/Articles/490413/
http://wiki.linuxplumbersconf.org/2012:boot_and_base_os (cf la conf de Lennart et Kay « The Core OS », de quoi vont-ils bien parler ? :) )

Ajoute à ça des gros chantiers comme déplacer tout l’OS dans /usr (fait dans Fedora 17, il semble que Debian openSUSE et Mageia au moins soit en cours), et d’ici quelques années on aura (enfin?) un système Linux « de base » qui sera cohérent, simple, et commun à toutes les distributions (enfin les principales, celles qui comptent).

/me can’t wait

> Denis : « J’ai encore le droit d’avoir un avis sur une technologie qui n’est utilisée que dans la Fedora !!! »
> Manu : « Ben non y’a Opensuse, Mandriva, Mageia et sûrement d’autre »
Archlinux aussi est en train de migrer doucement vers systemd. Et je suis plutôt partisan de ce remplaçant du processus 0. La lecture du blog du concepteur de systemd est fortement conseillée pour comprendre en profondeur l’objectif visé et ce qu’il apporte (voir le lien de vvillenave plus haut).

> Denis : « Ce qui m’exaspère, c’est l’absence d’unité du comportement des différentes distributions. »
C’est le principe même du monde du libre non ? Chacun fait comme il veut selon ses convictions. Puis-je vous demander en quoi cela vous exaspère ?

> Fred : « La consommation mémoire en mode texte? Ce n’a pas grand intérêt! »
> Denis : « Puisque vous le dites? C’est vrai qu’on utilise très peu le mode texte sous Linux ! »
Je suis plutôt d’accord avec Fred si l’on considère que l’on parle de distributions conçues pour le poste de travail. En effet je ne passe que rarement en runlevel 3 sur un poste de travail. Par contre je travail souvent en mode texte… dans un émulateur de terminal. De mon point de vue la consommation mémoire dans l’environnement de travail graphique complétement chargé aurait été plus représentative de l’utilisation normal d’un poste de travail.

Pour la conso mémoire, Fedora et surtout openSUSE sont également susceptibles d’être utilisés en environnement serveur ? C’est du billard à deux bandes. ;+)

Je ne sais pas pourquoi l’auteur de ce papier s’est limité à Gnome 3 et KDE sous Fedora 17. De mon côté toujours sous Fedora depuis Core 4, mon interface desktop est Xfce. J’en suis fort content. J’utilise essentiellement le mode terminal (aterm) + Firefox + Thunderbird. Avec cela je suis un utilisateur de Fedora ravi et toujours fidèle. Mon disque contient la mémoire de mes upgrades de versions de Fedora successifs.

Philippe Vouters (Fontainebleau/France)

@Philippe

Oui, Xfce est une bonne interface. Mais, là n’était pas le sujet de mon billet.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


*