SQL Server : la stratégie gagnante de Microsoft

Alors que les entreprises font le choix du stockage de leurs données dans les logiciels Open Source avec MySQL et PostGRESql sous l’impact de la croissance de l’Internet et du Cloud, Microsoft semble tirer habilement son épingle du jeu dans ce segment de marché.

Le moteur ne fait plus la valeur !

SQL Server : la stratégie gagnante de MicrosoftCe qui amenait  hier à choisir Oracle ou IBM plutôt que Microsoft, c’était avant tout la fiabilité de leurs moteurs respectifs pour les applications critiques et la recherche de la performance sous la contrainte de fortes volumétries. Compte tenu des solutions mises en œuvre en termes de tolérance de pannes et du saut qualitatif des moteurs de base de données, la valeur d’un moteur semble aujourd’hui se faire, à titre principal, sur les usages que nous en avons.

Tout d’abord, le choix d’un moteur se fait, aujourd’hui, sur la qualité des outils pour l’administrer au quotidien. De ce point de vue, Oracle n’aura pas réussi à fournir des logiciels de la simplicité et de la qualité de ceux proposés par Microsoft. Pour administrer une base Oracle, il faut utiliser pas moins de quatre logiciels différents :

Ajoutez à cela l’utilisation, par de très nombreuses entreprises, de Toad DBA Suite for Oracle et vous pouvez avoir une idée de la complexité qu’il y a à administrer les bases de données Oracle ! Pour administrer SQL Server 2008, tout se fait à partir d’un seul logiciel : SQL Server Management Studio !

Mais la force de Microsoft SQL Server 2008 réside aussi et avant tout dans le coût, la simplicité et la qualité de ses solutions de Business Intelligence. Avec une licence SQL Server, l’utilisateur peut accéder aux rapports générés par SQL Server Report Services. A partir d’Excel  2010, il peut aussi facilement se connecter aux cubes générés à partir de SQL Server Analysis Services. Les licences pour utiliser les logiciels concurrents d’IBM et de SAP, Cognos et Business Objects, coûtent plus de 1000 euros par utilisateur ! Si Microsoft continue de progresser fortement dans le segment des moteurs de base de données, c’est avant tout parce qu’il propose une solution intégrée, simple et peu onéreuse en matière d’informatique décisionnelle par rapport à ses concurrents directs.

Alternatives Open Source

Si le monde de l’Open Source propose de nombreuses solutions alternatives aux outils commerciaux en matière de moteurs de bases de données, l’offre est beaucoup plus restreinte sur la Business Intelligence. Elle manque  encore d’intégration.

Dsfc Dsfc

SQL Server : la stratégie gagnante de Microsoft
1 vote, 5.00 avg. rating (95% score)
Tags : , , , , , , , , , , , ,
Commentaires

Des outils comme Pentaho ou Spago BI sont en fait des plates-formes décisionnelles, qui visent justement à intégrer tous ces composants dans un système de gestion/configuration unifié.

Salut!

Effectivement, le serveur SQL de Microsoft est pas mal… J’ai juste de petit soucis de lenteurs que je n’arrive pas identifié… Aurais tu des articles intéressants a me communiquer?

@Etienne

C’est quoi ta config ? T’as combien de serveurs ? As-tu d’autres services qui tournent dessus ?

@Denis,
Je pensais avoir cocher la case oups…
Mon serveur Sql est une Vm sur Hyper-V, dispose de 6 giga de ram avec les rôles IIS et Messaging queue service. En faite je pense que les gros reporting le bloque, le service report se mets a consommer 2giga d’un coup et ne s’arrête pas… Je ne parviens pas a l’optimisé du tout.
Je pense migrer vers hyper v r2 en mode core, mais j’hésite a pas plutôt passer sous vmware esxi qui a ce que j’ai lu serait de meilleur facture que hyper v r2, tu en penses quoi?
@bientot

6 Go… t’es bien sur du 64 au niveau de la machine virtuelle ? Oui, je suppose puisque tu utilises Hyper V.

Tes services SQL Server sont-ils démarrés tous avec un compte de service ? Si oui et si tu es en 32 bits, tu peux pousser la mémoire « user » avec la commande bcdedit /set IncreaseUserVA 3072 ! Il te faut ensuite changer la mémoire maxi disponible sous SQL Server (Propriétés de l’instance) à 3 Go. Les processeurs en 32 adressent 4Go par proc physique ou virtuel.

As-tu gérer une exception sur le dossier des data de la base, au niveau de ton antivirus ? Si non, FAIS-LE !!!!

Tes données sont-elles virtualisées ? Si oui, il faut arrêter de le faire et que tu les stockes sur un NAS ou un SAN ! Vmware ne changera rien sur Les performances en termes d’écriture sur le disque.

Merci pour cet article très intéressant.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


*