Les morts-vivants de mon cimetière technologique !

J'ai profité de cette belle journée d'hier pour faire du nettoyage. Bilan de l'opération : 200 kg de papier à recycler et près de 200 CDROMs mis à la poubelle !

Les survivants

Les morts-vivants de l'informatique, en plein jourJe ne ferai pas ici un inventaire à la Prévert des documentations et des livres dont je me suis séparé. Il me semble que ce qui pourrait vous intéresser, c'est de savoir ce que j'ai voulu conserver de ces 23 années d'activités professionnelles passées dans l'informatique. En matière de bases de données, j'ai gardé précieusement tout ce qui avait trait à Oracle, au SQL et au PL/SQL. Je ne remercierai jamais assez mon maître, Jean-Michel Vallet, qui me forma en 1988 et 1989 sur la base de données. Jean-Michel est aujourd'hui directeur de l'Exia.cesi à Mont-Saint-Aignan. S'y sont ajoutés, par la suite, les documentations et livres relatifs à MySQL, PostgreSQL et aussi SQL Server. La base de données représente une part non négligeable de mon activité professionnelle. Formé à Unix en 1988, j'ai également conservé tous mes cours et les documentations. Linux, sur lequel j'ai commencé à travailler en 1999, représente aujourd'hui le 2e volant de mon activité, tant du point de vue de la formation que de l'activité des services. Nous hébergeons nos clients dans le cadre de la société Winuxware sur des systèmes CentOS, un clone gratuit de la Red Hat. Mais je continue de travailler sur d'autres systèmes Linux tels que Ubuntu Server, SUSE, openSUSE, très utilisés en entreprise. Pour des raisons "stratégiques", j'ai renoncé à Debian et Mandriva. Je n'ai rien jeté de ce qui était relatif aux différentes technologies de scripting : Perl bien sûr, mais aussi le Bash sous Linux, le Windows Scripting Host et le PowerShell maintenant sur les environnements Microsoft Windows Server 2008 R2, sur lesquels je continue de travailler et de former. Je n'oublie pas les langage C et aussi le C#. Le C, c'est comme le vélo : ça ne s'oublie jamais ! Je ne serais pas complet sans évoquer les technos Web : Apache, PHP, Javascript, le HTML, XML, le CSS. Avec l'avènement de l'Internet "grand public" depuis 1996, Visual Basic, Delphi ne sont plus, pour moi, que de lointains souvenirs. J'aurais pu parler encore du réseau (IPv6 et Wifi) et de la sécurité, de plus en plus prégnante dans un monde de plus en plus ouvert !!!

Les éliminés... temporaires

J'ai renoncé au C++, à Java, à Python, Ruby, BSD. Toutefois, dans nos vies technologiques, rien n'est définitif ! Le C++ et Python restent des langages très stimulants sur le plan intellectuel, qu'il convient de ne surtout pas négliger. Avec le temps qui passe, j'ai pris conscience qu'il m'était impossible de travailler sur tout. Les entreprises sont en demande de spécialistes. A tort. Du haut de mes 23 années d'activité au cours desquelles j'ai appris le sens du mot "humilité", je suis devenu  un informaticien généraliste qui n'a pu faire autrement que de se spécialiser à la marge.

Dsfc Dsfc

Les morts-vivants de mon cimetière technologique !
1 vote, 5.00 avg. rating (95% score)
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Commentaires

Quelle bonne idée. Je vais me séparer de quelques livres liés à Delphi, Corba, ADA, Palm. Vive le recyclage !

« Le C++ (…) restent des langages très stimulants sur le plan intellectuel ». Y’a de l’abus à mon avis là. La plupart des grands et gros logiciels sont écrits en C++ et je ne vois pas vraiment quel langage pourrait actuellement le remplacer. C’est pour moi le langage a utiliser si on veut faire un truc un tant soit peu efficace et portable.

@Kelson

C’est en substance ce que je dis, d’une autre façon !

L’approche de TIOBE semble plus significative du nombre de projets dans un langage donné que du nombre de lignes écrites. On ne peut pas mettre sur le même plan un projet pour un Iphone et un projet d’entreprise en C++. C++ semble encore ne pas avoir été remplacé.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


*