septembre 2008

Les Unix pour PC

Par       24 septembre 2008  - Catégorie(s): Zoom Technique  Zoom Technique

Le diable aux couleurs de FreeBSD ! L'augmentation de la puissance des micro-processeurs n'entame pas la sérénité des vendeurs de systèmes Unix pour "gros systèmes". En 1 an, selon IDC, les ventes dans ce segment de marché auraient augmenté de 7.7% pour les serveurs équipés de systèmes Unix et de 10% pour les systèmes Linux. L'érosion des marges signifie que les livraisons en volume serait bien plus importante encore. Ce type d'analyse basée sur la valeur des livraisons ne peut que très difficilement évaluer le parc de solutions à base de systèmes d'exploitation libres et gratuits. Ces statistiques sont à utiliser avec extrême précaution quant à la réalité du marché. Dans le top 10 des compétences les plus demandées établi par Freelance.com, sur la base de 478 offres de projets informatiques au 9 juin 2008, Unix arrive très largement en tête avec 18.85% des compétences demandées. A cela s'ajoutent les 7.33% spécifiques à l'environnement AIX.

Unix is not Linux

En 2005, dans une interview au magazine Forbes, le créateur d'OpenBSD, Théo de Raadt dénonçait la piètre qualité du kernel Linux liée, selon lui, à des cycles de développement trop rapides. A cela se surajoute une gestion de paquets dans certaines distributions très approximative qui, au mieux, vous incite à ne jamais faire de mises à jour et, au pire, à ne pas faire le choix de Linux. Certaines distributions telles que la CentOs, un clone gratuit de Red Hat, ou la Gentoo tranchent par leur très grande stabilité et sont particulièrement adaptées à un environnement professionnel exigeant.

L'offre des systèmes Unix gratuits sous PC

Si vous voulez vous essayer au système Unix sur PC, vous disposez de plusieurs solutions gratuites dont : Les versions OpenBSD et NetBSD ne sont pas "réputées" comme étant des modèles de simplicité. Il n'existe pas à ce jour de versions HP-UX (dédiées aux plates-formes HP 9000) et AIX (dédiées au serveur Unix d'IBM) pour les plates-formes x86. Quant à SCO, il propose deux Unix payants pour PC avec Unixware et Openserver. Sources : Silicon, LMI, ZdNet.fr

 Dsfc


Tags: ,

Virtualisation : l’été des grandes manœuvres

Par       16 septembre 2008  - Catégorie(s): Virtualisation  Virtualisation

L'explosion simultanée des marchés de la location de serveurs dédiés et la massification de la diffusion de la virtualisation est en train de bouleverser le paysage informatique. Il préfigure celui de demain. Selon IDC, en 2007, les solutions de virtualisation s'exécutaient sur 35% des nouveaux serveurs. Elles devraient atteindre 58% du nouveau parc installé en 2008.

Des grands acteurs omniprésents… et Red Hat qui s'y colle !

Après le rachat de Xen par Citrix, de VirtualBox par Sun, de ThinInstall par Vmware, c'est au tour de Red Hat, l'éditeur de solutions Linux, de se lancer dans le secteur de la virtualisation. Lancé en novembre 2007, l'éditeur au chapeau rouge a annoncé au mois de juin 2008 la disponibilité d'un nouvel hyperviseur, oVirt, et d'un outil d'administration centralisée en mode Web. oVirt s'appuie directement sur les fonctions KVM intégrées au noyau Linux. Articulée autour d'une Fedora 9 ne pesant que 60 Mo, l'un de ses points forts est de gérer 6 hyperviseurs différents : KVM, Xen, Qemu, OpenVZ, Linux Containers et Solaris LDoms. Prenant en charge, Ldap et Kerberos, l'autre point fort est de s'intégrer parfaitement à Active Directory. On l'aura compris, l'objectif – très ambitieux – de Red Hat est de concurrencer Vmware ESX Infrastructure. oVirt est gratuit !!!

La réponse de Microsoft

La firme de Redmond, consciente de son retard dans le domaine de l'offre d'hyperviseurs, n'est pas reste. Les accords de partenariat signés entre Novell et Microsoft permettent à l'éditeur de solutions Linux d'associer à la distribution Suse un Xen prenant en charge Windows 2003 et 2008 Server. C'est le jour de l'annonce de la retraite de Bill Gates que Microsoft a officialisé la disponibilité de son premier hyperviseur, Hyper-V. La première limitation du produit est clairement l'absence de support sur les principales distributions Linux à l'exception de Novell. La seconde concerne le fait que Hyper-V ne sera pris en charge que sur les plates-formes 64 bits. Conscient de son retard dans ce domaine, l'éditeur a décidé d'assouplir sa politique de licence en autorisant la réaffectation, sans limite, des licences des applications existantes sur des plates-formes virtualisées. Microsoft annonce la gratuité de son hyperviseur, espérant concurrencer ses principaux rivaux dans un marché où il est très peu présent.

Et les autres ?

Sun annonce la disponibilité de la version 2.0 de VirtualBox qui reprend les images des machines virtuelles Vmware. Son installation en mode brige sous Linux requiert beaucoup d'expertise. En parallèle, l'éditeur vient de mettre en place un nouvel hyperviseur avec xVM Server. Ces deux solutions sont payantes. BMC, l'éditeur de solutions de supervision, vient d'annoncer une suite complète visant la prise en charge de la plupart des solutions de virtualisation. Citrix vient d'annoncer de son côté la disponibilité de la version 5 de XenApp. Quant à Vmware, le leader du marché, il annonce, pour 2009, un nouveau produit, VDOS, Virtual DataCenter OS, visant à la prise en charge complète de toutes les ressources d'un salle blanche. La solution s'appuie sur Vmware ESX Infrastructure. Crédit photo : blog Rmi

 Dsfc


Tags: , , , , , , , , , ,

IRC et MSN rendent vulnérables vos entreprises !

Par       15 septembre 2008  - Catégorie(s): News  News Sécurité  Sécurité

Les inconditionnels d'IRC et de MSN seraient bien avisés de consulter le site Akonix de Quest Software relatif aux failles de sécurité liées à la messagerie instantanée.

IRC tout d'abord

Du 1er janvier au 12 septembre 2008, 168 failles sur 463 sont directement liées à IRC alors que les failles concernant directement MSN sont au nombre de 13 !!! Quant au niveau de gravité des failles, elles sont de bas et très rarement de moyen niveau quelles que soient les messageries concernées.

MSN n'est pas en reste !

Vu sous un autre angle, les problèmes de sécurité que pose l'utilisation de MSN sont assez importants. Au vu des listes de Spim (virus liés à la messagerie instantanée dont l'objet est de spammer), c'est MSN qui remporte la palme avec 63 virus sur un total de 137 recensés par Akonix depuis le 31/12/2003.

Nos solutions

La question de l'utilisation de la messagerie instantanée, au vu de ces chiffres, se pose avec acuité dans le cadre d'une utilisation professionnelle. Si vous souhaitez bloquer l'utilisation d'IRC et de MSN, vous pouvez bloquer les ports Tcp/1863 pour Msn et Tcp/6667 pour Irc au niveau de vos pare-feux. Cela est très insuffisant dans la mesure où de nombreux sites permettent aujourd'hui, par une interface Web accessible à partir de n'importe quel navigateur, de se connecter à ces services. A l'aide d'un proxy, à partir des logs, vous pourrez aisément identifier les sites sur lesquels vont les utilisateurs pour tchater. Vous pourrez alors les ajouter à la blacklist de votre proxy. L'utilisation d'un proxy exige une information au personnel et à ses représentants. L'idéal est la mise en oeuvre d'une charte utilisateur. Dans tous ces domaines, sécurité, proxy, rédaction d'une charte, la société Winuxware peut vous accompagner ! N'hésitez pas à nous contacter. Source : Security Vibes

 Dsfc


Tags: , ,

e-Commerce et référencement !

Par       10 septembre 2008  - Catégorie(s): News  News

L'explosion spectaculaire des sites de e-Commerce et son corrolaire, l'augmentation des ventes en ligne, ne sont pas sans conséquences sur la pression à venir sur les référenceurs.

Les chiffres

En 1 an, pour la France, selon la Fevad relayée par le Jdn, le e-Commerce aurait progressé de 30% passant de 7.7 milliards d'euros au 1er semestre 2007 à 10 milliards pour la même période en 2008. L'augmentation est, pour le moins, spectaculaire dans un contexte de croissance économique plus que ralentie !

L'explosion des sites "marchands"

Face à une concurrence des grands centres commerciaux et à la hausse du prix du carburant, les petits commerçants réagissent à l'image de l'inititative de l'Union Commerciale de la ville de Bernay, avec Bernay-shopping. Les sites Internet de petits commerçants explosent, utilisant au passage les techniques classiques du marketing viral : blogs, vidéos, digg-like, ... Pour autant, créer un site marchand est une autre paire de manches. Les problèmes de sécurité, la technicité qui entoure la mise en place du paiement en ligne par carte bancaire, les obligations légales, l'actualisation des prix constituent autant de freins non négligeables. La liste est loin d'être exhaustive.

La loi Châtel

Entrée en vigueur au 1er janvier 2008, la loi Châtel crée 2 obligations légales pour les sites de e-commerce à fort impact financier. La première oblige les commerçants à fournir leurs coordonnées téléphoniques afin de permettre au consommateur d'entrer directement en contact avec l'entreprise sans que ce numéro soit surtaxé ! La seconde concerne le remboursement des frais d'envoi en cas d'exercice du droit de rétractation. Le site Indexel a récemment publié un document complet sur les obligations légales issues de l'application de cette loi. Je vous invite à le consulter. Il est signé Annie Lichtner.

Les outils pour construire votre site de e-Commerce

De nombreux logiciels gratuits vous permettent de créer votre site de e-commerce. Signalons plusieurs solutions écrites en Php qui ont retenu toute notre attention : Dans cette catégorie, ajoutons cpcommerce, Freeway, OpenCart. Là-encore, la liste est loin d'être exhaustive. La société Winuxare est susceptible de vous accompagner sur la mise en oeuvre de toutes ces solutions.

Impact sur le référencement

La demande des entreprises explose à l'aune de cette rentrée. La pression sur les référenceurs est de plus en plus forte au point où certains n'hésitent pas,  pour vendre, à garantir le positionnement. Du coup, en cas de non respect des obligations contractuelles du référenceur , la justice est amenée à trancher sur cette question. C'est ainsi qu'en juillet dernier, la cour d'appel de Montpellier a condamné un référenceur à verser 4000 euros à l'un de ses clients. L'affaire a fait grand bruit ! Pour notre part, fort de 4 années d'expérience continue dans le domaine du référencement, nous vous proposons la prise en charge de votre référencement à des coûts raisonnables. Nous avons récemment réussi, sans aucun problème particulier, à positionner un site en Flash dans les 3 1ers liens de la 1ière page des moteurs de recherche les plus utilisés, sur des combinaisons de mots-clés choisies par le client.

 Dsfc


Tags: , , , , , , ,